Accueil > Communiqués > Nationaux > 102 postes au Tableau d’avancement de Brigadiers 2011 : (...)

102 postes au Tableau d’avancement de Brigadiers 2011 : Une misère et une injustice !

mercredi 20 avril 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 32.2 ko
102 postes au Tableau d’avancement de Brigadiers 2011 : Une misère et une injustice !

Certains de nos homologues se gargarisent d’avoir littéralement conquis de haute lutte 102 postes de brigadier (91 postes UV + 11 postes au choix au titre du 1/9ème) pour le tableau qui devrait avoir lieu le 29 septembre au titre de l’année 2011.

Rappelez vous ce que les mêmes disaient de la CGT lors des débats sur la refonte des statuts des personnels de surveillance : la CGT ne signait jamais rien alors qu’était proposée une réforme qu’ils présentaient comme juste, égalitaire, où chacun bénéficierait d’une revalorisation indiciaire substantielle.

Mais une nouvelle fois encore, les 102 postes ouverts crédibilisent le bien fondé de notre refus de signer cette réforme, laquelle, après la période transitoire de reclassement à l’ancienneté, entre dans le dur depuis deux ans et se révèle pour ce qu’elle est réellement : une réforme au rabais qui ne profitera seulement qu’à une minorité et qui, assurément, fera régresser l’ensemble de la profession.

Les 102 postes offerts pour 2011 sont une injure et une injustice faites aux milliers de « promouvables » qui peuvent concourir à partir du 8ème échelon et qui pour un grand nombre ont leurs UV en poche. Ces collègues ont fait des efforts de préparation et de participation aux épreuves des UV. Ils ont de quoi être en colère car ils vont rester sur le carreau un bon bout de temps ! (Les DI font remonter actuellement le nombre de promouvables par région. Nous vous le ferons connaître)

Nous contestons et jugeons inadmissible que deux métiers de surveillants aient pu voir le jour avec la création du grade de brigadier. Rien ne justifiait au regard des missions de couper en deux la profession !
A trop vouloir tirer sur la corde pour satisfaire les signataires (UFAP et FO), il apparaît clairement que Bercy exige désormais de l’administration qu’elle maintienne le niveau de 17% dans le cadre des politiques d’économies budgétaires que nous connaissons tous. Nous rappelons que la composition du grade de brigadier était de 3900 agents et qu’il y a déjà 6318 promus depuis 2006, pas de miracle donc à attendre pour les nouvelles générations !

A la CGT pénitentiaire, nous considérons comme inacceptable que ce grade de brigadier ne bénéficie qu’à 17% du corps quand la large majorité de la filière, les surveillants, ne perçoivent aucune revalorisation salariale.
Et ce n’est pas les décisions prises par le gouvernement aujourd’hui sur la revalorisation de pouvoir d’achat qui peuvent nous réjouir puisqu’il est décidé le gel du point d’indice 2012 après le gel de celui de 2011 !

La CGT pénitentiaire exige, pour l’année 2011, l’élargissement du grade de brigadiers pour permettre un passage à l’ancienneté pour le maximum de surveillants en attendant une véritable réforme qui permettrait une valorisation de toute la filière.

Non seulement les lendemains ne chantent plus mais la situation à venir est des plus préoccupante pour les surveillants. Pour que tous les collègues soient revalorisés, il faut revenir à une carrière linéaire que nous situons en catégorie B, ce qui n’est pas utopique puisque les Policiers l’ont obtenue. Bien sûr, il faudra organiser son accès en réservant des postes, tant aux bacheliers qu’aux titulaires du brevet des collèges.

La CGT Pénitentiaire revendique la catégorie B depuis 2002.
Face à la dégradation des conditions de travail des personnels de surveillance et face à la baisse du pouvoir d’achat, cette bataille est d’autant plus légitime aujourd’hui.
La CGT Pénitentiaire s’attachera toujours à se battre pour l’amélioration de nos conditions de vie et de travail.

Montreuil, le 20 avril 2011

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page