Accueil > Communiqués > Nationaux > 18 mars : Imposons d’autres choix pour le service (...)

18 mars : Imposons d’autres choix pour le service public, l’emploi, les salaires !

mercredi 12 mars 2014  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU et Solidaires appellent l’ensemble des salariés, du public et du privé, à se mobiliser massivement le mardi 18 mars 2014.

La situation économique est particulièrement préoccupante : ce sont les salariés du privé et du public, les retraités, les privés d’emploi qui font les frais de la politique d’austérité du gouvernement. Cette politique se traduit par des « cadeaux » financiers pour les grandes entreprises au détriment des travailleurs, de la protection sociale, de l’emploi. C’est insupportable !

Depuis 6 mois maintenant que l’ANI (accords sur la sécurisation de l’emploi) a été signé et transformé en loi dite « de sécurisation de l’emploi », le chômage et la précarité ne font que progresser !

Aujourd’hui, au prétexte de diminuer « le coût du travail », le pacte de responsabilité voulu par François Hollande se traduirait par la suppression des cotisations sociales de la branche famille versées par les entreprises : 35 milliards d’euros !

De plus, aux 15 milliards d’euros de réductions de la dépense publique au titre de la loi de finances de 2014, le MEDEF et le gouvernement voudraient ajouter une nouvelle ponction de plus de 50 milliards d’euros au titre des années 2015, 2016 et 2017.

Dans un tel contexte, le gouvernement entend bel et bien accentuer les processus de privatisations, d’externalisations et d’abandons de pans entiers des politiques publiques, au détriment du droit d’accès à des services publics de qualité et de proximité.

Concrètement, cela veut aussi dire qu’ils pourraient continuer à supprimer des emplois, à geler nos salaires indéfiniment.

Nous, Personnels pénitentiaires, sommes bien évidemment concernés !

Nos salaires restent très insuffisants et le gel du point d’indice a pour conséquence une forte baisse de notre pouvoir d’achat.

Ce n’est d’ailleurs pas la pseudo-réforme statutaire des personnels de surveillance qui permettra une revalorisation salariale digne de ce nom.

En effet, l’administration, aidée par un syndicat dit « autonome », plus enclin à porter les réformes du gouvernement que de porter les revendications des personnels, a montré une fois encore son incapacité à négocier avec les syndicats pénitentiaires.

Malgré une forte dégradation des conditions de travail, une perte de sens de nos missions, une surcharge de travail, une pénibilité accrue et un temps de travail de plus en plus important et aléatoire, l’administration refuse de négocier une sérieuse revalorisation salariale, quelque soit le corps concerné.

Les personnels, de plus en plus sollicités et exposés à un environnement professionnel difficile, ont toute légitimité pour exiger une reconnaissance, des augmentations de salaire ainsi qu’un bon déroulé de carrière.

Depuis des décennies, les fonctionnaires sont stigmatisés comme étant des « fainéants » coûteux et nuisibles à la société. Depuis la crise de 2008, alors même qu’ils n’en sont aucunement responsables, c’est encore eux qui payent l’addition doublement. C’est pourtant injuste et non justifié.

Les fonctionnaires, dont les personnels pénitentiaires, peuvent et doivent être fiers de leur travail. Avec des moyens suffisants, le service public reste essentiel à la cohésion sociale et permet une égalité d’accès aux différents services pour tous les citoyens, quelque soit leur catégorie sociale. D’ailleurs, tous les économistes s’entendent au moins pour dire que les services publics français ont eu un rôle d’amortisseur social lors de cette crise.

A La CGT pénitentiaire, nous restons persuadés que la mobilisation et le rapport de forces sont essentiels pour l’obtention d’avancées conséquentes indispensables à l’amélioration de nos conditions de vie et de travail.

La CGT pénitentiaire appelle donc, comme sa confédération et son union fédérale, tous les personnels pénitentiaires à participer aux différentes manifestations et initiatives de leurs territoires ce 18 mars 2014.

Montreuil, le 12 mars 2014

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page