Accueil > Communiqués > Activité Outre-Mer > 9 et 10 mai 2010 : « Continuons ensemble le combat pour (...)

9 et 10 mai 2010 : « Continuons ensemble le combat pour des réparations ! »

lundi 26 avril 2010  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
JPEG - 266 ko

Depuis 2006, le Collectif confédéral de l’Outre-mer de la CGT, attaché au « devoir de mémoire » organise des débats thématiques avec soirées culturelles autour du 10 mai jour de reconnaissance officielle décidé par le Président de la république Jacques Chirac, pour le crime contre l’humanité qu’ont été l’esclavage et la traite négrière, reconnue par la Loi de 2001 dite « Taubira ».
Si cette loi représente une avancée considérable après des dizaines d’années de luttes, il n’en demeure pas moins qu’elle ne cible pas de responsables de ces crimes et ne prévoit pas de réparations. La CGT s’est donc engagée dès sa sortie à combler ces « oublis » bien regrettable jusqu’à obtenir par l’action revendicative les nécessaires réparations :

1) Un jour férié chômé et payé.
2) Des excuses officielles et publiques du Président de la République.

Des droits entre autres :

- Celui de pouvoir se ressourcer au pays, extension du Congé bonifié aux non titulaires et salariés du privé etc ;
- Une agence publique pour peser sur les prix des billets d’avion et assurer les missions de service public pour la continuité territoriale ;
- L’arrêt immédiat de toutes les discriminations et des mesures efficaces contre le racisme avec l’application de la règle républicaine d’égalité de traitement pour les fonctionnaires ;
- Une indemnité d’éloignement pour tous pour financer l’installation de ceux qui sont contraints d’immigrer dans l’hexagone ;
- Des moyens réels de développement économique pour les DOM ;
- Le développement du tourisme social par des échanges entre salariés des DOM et de l’hexagone.

En cette année 2010, la CGT organise deux initiatives complémentaires :

  • Le 9 mai la CGT ouvre ses portes

Dans le cadre du processus d’action de solidarité engagé depuis la catastrophe naturelle survenue à Haïti, la CGT a décidé de commémorer cette année l’abolition de l’esclavage, en mettant l’accent sur les injustices d’hier et d’aujourd’hui. La CGT et la CGT Pénitentiaire ont le plaisir d’inviter largement autour de leur histoire commune, tous les franciliens non syndiqués, syndiqués, militants, qu’ils soient originaires des DOM ou de l’hexagone à venir échanger, débattre, proposer à l’occasion d’un colloque sur le thème « Haïti miroir de notre histoire » en présence d’historiens, militants, etc..

A partir de 13 heures dans le Patio à la Confédération Générale du Travail – 263 rue de Paris – A Montreuil – métro Porte de Montreuil ou Robespierre.

Mitch Zeline, animateur de la radio Espace FM, avec son association P2M assureront l’animation culturelle avec son marché tropical et la prestation, en soirée, de nombreux autres artistes.

  • Le 10 mai « Tous à la marche des réparations »

La CGT, dans le soucis d’unité et de rassemblement qui la caractérise et répondant à une invitation du M.I.R (Mouvement International pour les Réparations), participera à la marche du 10 mai 2010 dans le cadre de la reconnaissance du crime contre l’humanité et pour des réparations en compagnie de nombreuses associations.
Le rassemblement démarrera à 9 heures au Champ de Mars, place Joffre pour ensuite se diriger vers le Jardin du Luxembourg où un podium sera dressé pour des prises de paroles. C’est une marche mémorielle, culturelle et revendicative.
Des groupes de tambours rythmeront le parcours. Un collectif de préparation et d’impulsion a été mis en place. Il reste ouvert à tous ceux, organisations, associations, personnalités du monde syndical, politique et hommes de lumière qui ont à cœur d’œuvrer pour la reconnaissance de l’histoire, la justice et des réparations pour les crimes et les vols telles les dettes faramineuses imposées sous la menace par l’Etat français à ses lointaines colonies en échange de leur liberté. Comme par exemple Haïti devenue par la lutte la première république noire du monde se verra exigée par Charles X en 1825 le remboursement de 150 millions Or pour dédommager les colons français. C’était environ 8 fois le budget d’Haïti, qui fut contrainte d’emprunter aux banques parisiennes. Haïti eu donc une « double dette » à rembourser et paya les intérêts jusqu’en 1952 !!! C’est l’équivalent aujourd’hui de 21 milliards de dollars.

Alors le 10 mai ... Marchons tous ensemble pour exiger des réparations pour les peuples mis en esclavage et le remboursement des sommes volées à Haïti. Exprimons notre esprit de résistance et de lutte.

Montreuil, le 26 avril 2010

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page