Accueil > Communiqués > Nationaux > ACTION !

ACTION !

vendredi 4 février 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

L’inspection des services pénitentiaires n’a pas encore rendu son rapport que Sarkozy annonce qu’il veut couper des têtes. Le ministre indique qu’il nous recevra avant que des décisions soient prises mais le président de la République provoque les personnels des SPIP par ses déclarations outrancières.

LA SITUATION EST GRAVE !

La direction de l’administration pénitentiaire renvoie la responsabilité sur les personnels en demandant à ce que soient affectés tous les dossiers. Cela a pour effet immédiat de faire exploser le nombre de personnes suivies par agent, étouffant encore un peu plus des services déjà surchargés !
Le ministère se fait dicter en urgence par l’Elysée des annonces qui sont totalement ridicules et sont à des années-lumière de correspondre aux besoins des terrains ! Oser écrire noir sur blanc que les retraités de la magistrature vont résoudre le problème du sous-effectif dans les SPIP démontre un cynisme écoeurant !
La direction de l’administration pénitentiaire, non contente de se défausser sur les travailleurs sociaux, en profite pour ressortir son couplet « segmentation – diagnostic à visée criminologique – suivi différencié », alors qu’on sait pertinemment que ces procédures bureaucratiques rajoutent de la charge de travail aux agents, au détriment du sens de notre métier !
Il est inacceptable que les agents soient méprisés de la sorte ! Il est inacceptable d’avoir un comportement aussi irresponsable au moment où chacun devrait assumer ses choix ! Encore une fois, on reporte le poids des responsabilités sur les travailleurs sociaux et les personnels administratifs, alors qu’on les plonge jour après jour dans des conditions de travail de plus en plus difficiles ! Alors que les services ne demandent qu’à pouvoir enfin respirer, on les étouffe de plus belle avec de nouvelles procédures inefficaces et dogmatiques !

Nous refusons que les collègues de Nantes soient sanctionnés. La seule chose qui doit être sanctionnée, c’est la politique de Sarkozy et de ses sbires !
Nous refusons qu’on fasse de nous des « madame Irma » du risque de récidive. Nous refusons qu’on nous amène à établir des prédictions divinatoires sur la dangerosité présumée des suivis !
Nous exigeons qu’un plan d’urgence pour les SPIP soit rapidement annoncé afin de renforcer considérablement les équipes !
Nous exigeons que toutes les expérimentions fumeuses (segmentation / diagnostic à visée criminologique et autres outils de gestion des flux) soient immédiatement abandonnées !

PLACE À L’ACTION !

En soutien aux collègues de Nantes, pour protester contre les propos inqualifiables de Nicolas Sarkozy, pour exiger enfin que la situation des SPIP soit prise en compte, nous appelons tous les personnels, syndiqués et non syndiqués, à initier ou à se joindre à toutes les actions à même d’enclencher un rapport de force avec le ministère ! Dès lundi, les collègues de l’UR de Paris, rejoints par d’autres services, ont décidé symboliquement une semaine « SPIP mort ».
Cette semaine d’action culminera jeudi 10 février avec une journée d’action en soutien avec les collègues de Nantes, selon des modalités qui seront précisées plus tard.
Par ailleurs, nous appelons tous les militants CGT à multiplier les contacts avec les élus et la presse afin de dénoncer la réalité de nos conditions de travail !

L’HEURE EST À LA MOBILISATION !

Montreuil, le 4 février 2011

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page