Accueil > Communiqués > Nationaux > Affectation des nouveaux majors : Un véritable fiasco (...)

Affectation des nouveaux majors : Un véritable fiasco !

vendredi 11 juin 2010  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 51.7 ko
Affectation des nouveaux majors : Un véritable fiasco !

Une fois de plus, occasion nous est donnée de dénoncer le Décret n°2006-441 du 14 avril 2006 portant statut particulier du personnel de surveillance de l’Administration Pénitentiaire (notamment les articles de 16 à 19) de la réforme statutaire qui a été signée par les syndicats Force Ouvrière (FO) et l’Union Fédérale Autonome Pénitentiaire (UFAP).

En effet, les premiers surveillants inscrits sur le tableau d’avancement pour l’accès au grade de major pénitentiaire étaient tous convoqués à Paris, le 07 juin 2010, en amphithéâtre pour recevoir leurs affectations.
Etaient inscrits ceux qui ont satisfait à l’examen professionnel de 2009 et ceux qui, après 20 ans de services effectifs dans le corps dont 8 dans le grade de 1er surveillant, ont été retenus au choix pour l’année 2010.
Un classement a été élaboré en fonction des notes pour ceux ayant obtenu l’examen, et à l’ancienneté dans l’affectation puis dans le corps pour les retenus au choix. Les premiers pour choisir les postes ont été les lauréats de l’examen, ensuite venaient les plus anciens…

Pour rappel, l’examen des capacités professionnelles (arrêté du 04/01/2008 NOR : JUSK00774562A) n’était pas soumis à un classement en fonction des notes mais l’administration centrale a changé cela (sans informer personne !) en concours puisqu’ils ont attribué un classement final alors que l’article 6 de cet arrêté prévoit un classement par ordre alphabétique des candidats admis.

Pour finir, alors que nous ne disposons pas de cartographie nationale des postes de majors pénitentiaires, il est imposé aux candidats de postuler sur des établissements que l’administration détermine arbitrairement (sans aucun référentiel d’emploi de major !) au regard d’un classement qui n’a pas de valeur légale.

L’arbitraire pourrait s’arrêter là ! Mais ce n’est pas suffisant. Certains seront nommés sur place comme, par exemple, les spécialistes et les permanents syndicaux, alors que d’autres devront muter à des milliers de kilomètres comme certains originaires des départements d’outre-mer alors même que des non originaires seront affectés sur l’île de la Réunion…. Sans aucune logique ou équité, le traitement des personnels ne sera donc pas le même en fonction de critères élaborés, en toute opacité, par l’administration et les syndicats signataires !
Comme la CGT l’a toujours défendu, la prise du grade de major ne doit pas être soumise à la mobilité, et la preuve en est faite que c’est possible puisque certains ont été, bel et bien, nommés sur place.

Face à tant d’injustices, les agents concernés et lésés peuvent entreprendre des recours afin de contester de telles décisions.

La CGT pénitentiaire dénonce une telle mascarade et invite l’administration et les syndicats FO et UFAP à rompre leur alliance si nuisible aux intérêts des personnels.

Montreuil, le 11 juin 2010

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page