Accueil > Communiqués > Nationaux > Amiens : qui sont les coupables ?

Amiens : qui sont les coupables ?

lundi 28 mars 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Un drame s’est produit à la maison d’arrêt d’Amiens : une personne incarcérée est décédée suite, à priori, à une prise importante de médicaments ! La CGT Pénitentiaire déplore ce décès, comme nous condamnons totalement le traitement de « l’affaire » par les autorités compétentes ! C’est inadmissible ! En effet, les personnels, en poste la nuit du drame, sont intervenus comme il se doit auprès de la personne concernée, connue a priori pour user de façon abusive de médicaments. Le lendemain matin, cette personne a été retrouvée morte. Les personnels concernés ont été mis en garde à vue puis en examen pour « non assistance à personne en danger » avec l’interdiction d’exercer dans l’établissement !

La CGT Pénitentiaire rappelle que les personnels de surveillance et les autres personnels de l’administration pénitentiaire n’ont aucune formation médicale ! Ils ne sont ni pompiers, ni infirmiers, ni même médecins ! Ils ne sont pas, non plus, des criminels ! Pourtant, c’est ainsi que l’administration les traite alors que les personnels pourraient attendre un soutien de leur hiérarchie, soutien qui ne saurait bien entendu empiéter sur l’enquête !

Cette affaire en rappelle d’autres, dans le sens où les premiers accusés sont toujours les personnels de base ! Il faut d’entrée un bouc émissaire ! Il est à rappeler que les personnels, lorsqu’ils découvrent des personnes décédées, sont déjà en état de choc. Dans ce cas précis, il est doublé, doublé par le comportement de l’administration et de l’état vis-à-vis d’eux !

La CGT Pénitentiaire demande, depuis de trop nombreuses années, une autre politique pénale, d’autres moyens pour faire face à cette politique pénale irresponsable ! La maison d’arrêt d’Amiens est l’un des établissements où le taux d’occupation est supérieur à 200% !

Nous avons déjà dit que la politique globale du gouvernement, en ce qui concerne les prisons et l’ensemble des services publics dont celui de la santé, est irresponsable ! Doublement irresponsable : toujours plus d’incarcérations et toujours moins de moyens ! Les conditions de travail à Amiens sont insupportables, le sous-effectif est une réalité intolérable, cette affaire en est encore la preuve ! Nous l’avons déjà écrit : les très mauvaises conditions de travail peuvent engendrer épuisements donc erreurs de jugement, et ce d’autant plus que les personnels en question n’ont pas de formation médicale ! Il ne peut y avoir de nouveaux boucs émissaires. Encore une fois, le coupable est la politique globale menée : la responsabilité incombe au gouvernement ; à l’état ! Les personnels sont éreintés, épuisés, désavoués par leur employeur ! Nous rappelons qu’il faut à minima un recrutement de 2000 personnels de surveillance au niveau national pour couvrir les besoins.

Si l’état n’a pas les moyens de son ambition ultra sécuritaire, qu’il change de stratégie ! L’état se doit de tout mettre en œuvre pour que la sécurité des personnels et des personnes incarcérées soit assurée. Hélas, c’est encore une fois son irresponsabilité qui est mise en lumière !
La CGT Pénitentiaire demande la création, au sein des établissements, d’un service médical d’urgence la nuit, ce qui n’existe pas pour l’instant ! Elle condamne vivement et à nouveau la politique gouvernementale irresponsable au niveau de la Justice en général ! Elle assure tout son soutien aux personnels de la maison d’arrêt d’Amiens inculpés ainsi qu’à l’ensemble des personnels de l’établissement !
Elle les appelle à se joindre massivement à la manifestation de demain à Paris !

Montreuil, le 28 mars 2011

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page