Accueil > Communiqués > Nationaux > Antennes SPIP : Elles ne ferment pas

Antennes SPIP :
Elles ne ferment pas

vendredi 21 juin 2013  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Reçue au Ministère ce jeudi 20 juin 2013, la CGT pénitentiaire a eu confirmation que l’avenir des antennes SPIP d’Abbeville, Péronne et Lure était décidé : leur fermeture « n’est pas à l’ordre du jour », dixit le ministère.

La CGT Pénitentiaire, qui mène depuis des années ce combat sur tous les fronts pour le maintien de ces antennes et d’autres, ne peut que se féliciter de cette annonce. Il va cependant falloir faire entendre à l’administration pénitentiaire que la politique souterraine de restructuration et d’asphyxie doit immédiatement cesser. Le ministère devra donc être aussi clair avec l’administration qu’il l’a été avec nous :

LES ANTENNES SPIP D’ABBEVILLE ET PERONNE DOIVENT RETROUVER LES MOYENS DE FONCTIONNER

LES VELLEITES DE FERMETURE DE L’ANTENNE SPIP DE LURE DOIVENT IMMEDIATEMENT CESSER

TOUS LES PROJETS EN COURS ICI OU LA DOIVENT ETRE STOPPES

En revanche, nul doute que le dossier reviendra à un moment où un autre par la fenêtre dans un contexte de rigueur budgétaire et de politiques libérales de casse du service public. D’autant que l’administration pénitentiaire ne pense les SPIP que comme une variable d’ajustement et un « alibi » à sa politique carcérale dispendieuse. Des moyens pour le service public, il y en a… à condition de ne pas les confier à n’importe qui pour en faire n’importe quoi !!! 270000€ pour l’embellissement du hall d’entrée de la DISP de Lille, pendant que les budgets des SPIP sont passés au rabot et que les antennes sont asphyxiées !!!

La préservation du service public et de ses missions, garante de l’égalité traitement des usagers sur les territoires, de notre outil de travail et de la pertinence de notre intervention auprès des populations qui nous sont confiées ; est un combat permanent qui concerne chacun d’entre nous : professionnels, élus, citoyens.

La CGT Pénitentiaire réaffirme son total soutien à ceux qui résistent localement malgré les conditions de travail indignes dans lesquelles ils ont été progressivement et volontairement plongés par la hiérarchie pénitentiaire, pour défendre un service public auquel nous sommes attachés. La CGT Pénitentiaire remercie les militants locaux qui ont su s’organiser et lutter pour la préservation de leur outil de travail, ainsi que les élus pour leur soutien et leur mobilisation.

ON NE LACHE RIEN :

QUOI QUE DECIDE L’ADMINISTRATION EN COULISSES, ON SERA ENCORE ET TOUJOURS LA.

Montreuil, le 21 juin 2013

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page