Accueil > Communiqués > Nationaux > Après le report de l’entrée à l’école des élèves (...)

Après le report de l’entrée à l’école des élèves surveillants, la formation est amputée

mardi 29 juin 2010  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 42.3 ko
Après le report de l’entrée à l’école des élèves surveillants, la formation est amputée

Les dirigeants de l’administration pénitentiaire ont décidé de retarder l’entrée à l’école des élèves surveillants…

Pour des raisons de service ?
Pour une refonte de la formation ?
Pour des raisons d’organisation à l’ENAP ?
… ?

Absolument pas ! C’est tout simplement pour faire des économies sur le coût de la formation et des paies des nouvelles recrues.

Seulement l’administration, en déficit et ayant pour objectif de baisser les heures supplémentaires effectuées par les surveillants, se trouve dans une situation très paradoxale puisqu’un retard des élèves sur les établissements signifie aussi de nouvelles heures supplémentaires pour les titulaires.

Alors que faire pour éviter de payer encore plus d’heures tout en économisant sur les nouvelles recrues ? …. Tout simplement réduire le temps de formation !

S‘attaquer à la formation initiale pour faire des économies est révélateur d’une grande dérive.

L’administration ne cesse pourtant de se gargariser de bonnes intentions en communiquant, à tout va, sur une soi-disant évolution de la condition carcérale, des missions des personnels pénitentiaires.
Comment croire à de telles inepties lorsque les premières mesures, adoptées pour réduire les dépenses de notre administration, sont l’amputation de la formation de nos futurs collègues ?

La CGT pénitentiaire a toujours revendiqué une formation initiale et continue de qualité. L’évolution de la condition carcérale ne pourra se faire sans une évolution de nos missions. La CGT pénitentiaire aspire à un enrichissement du contenu de nos métiers avec un passage en catégorie B pour les personnels de surveillance.

Ainsi, la CGT pénitentiaire demande, entre autre, l’application des règles pénitentiaires européennes 76 et suivantes relatives à la « sélection du personnel pénitentiaire ».

Ces règles prévoient le recrutement d’un personnel soigneusement sélectionné, formé, rémunéré, et doté d’un statut assurant la sécurité de l’emploi.

De ces exigences, qui devraient être partagées par notre administration si engagée sur les RPE, découlent forcément un temps de formation plus long et non l’inverse comme proposé aujourd’hui…

Montreuil, le 29 juin 2010

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page