Accueil > Communiqués > Nationaux > Assez de sacrifices ! Personnels pénitentiaires : tous (...)

Assez de sacrifices ! Personnels pénitentiaires : tous dans l’action le 12 octobre 2010.

vendredi 8 octobre 2010  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 33.1 ko
Assez de sacrifices ! Personnels pénitentiaires : tous dans l’action le 12 octobre 2010.

A l’issue d’une réunion autour du président de la République, le ministre du Travail a été chargé de « vendre » deux amendements à l’initiative du gouvernement sur le projet de loi sur les retraites :

• l’un porte sur le maintien du droit à la retraite sans décote à 65 ans, à titre transitoire (pour seulement 5 ans) pour les mères de famille d’au moins 3 enfants, nées entre 1951 et 1955, ayant interrompu leur activité professionnelle pendant au moins un an (environ 25 000 mères concernées par an).

• l’autre prévoit le maintien pour les parents d’enfants lourdement handicapés du droit à la retraite sans décote à 65 ans.

Ces annonces ne sont certainement pas de nature à modifier le caractère injuste et inefficace de la loi sur les retraites. Par contre, elles sont le signe d’un gouvernement fébrile et inquiet face au renforcement de la mobilisation avec de multiples appels à des grèves reconductibles dans différents secteurs professionnels à partir du 12 octobre.

Pour la fonction publique, s’ajoutent aux retraites les lourds contentieux concernant les salaires, l’emploi et la déclinaison de la RGPP (révision générale des politiques publiques). Un préavis de grève a d’ailleurs été déposé pour tous les fonctionnaires du 12 au 18 octobre 2010.
Aussi, la CGT pénitentiaire appelle tous les personnels pénitentiaires à manifester leur colère :

• Contre la réforme des retraites.

• Pour des recrutements suffisants pour les surveillants, les travailleurs sociaux, les administratifs et les techniques.

• Contre le gel des salaires dans la fonction publique.

• Contre la casse du service public de proximité.

• Contre la fermeture des établissements et des services.

• Contre l’externalisation de nos missions.

Le budget 2011 du ministère de la justice est d’ailleurs un véritable scandale. La RGPP broie tout sur son passage, dialogue social compris. La méthode est simple : la RGPP s’applique méthodiquement, à la tronçonneuse avec des coupes budgétaires impressionnantes. Le résultat est sans appel : sans moyens, la dégradation du service public et des conditions de travail est inéluctable. Les caisses de la pénitentiaire sont d’ailleurs vides à chaque fin d’année. Les avancements de grade ou de corps, la formation, les recrutements, la mobilité, le paiement des heures de travail et les budgets de fonctionnement sont donc émiettés et réduits à néant.

Si la dégradation de nos conditions de vie et de travail est inscrite dans le programme gouvernemental RGPP, l’unité de tous les syndicats engage un rapport de force en faveur des personnels. Quelque soit le secteur d’activité, les personnels sont face au même dilemme : capituler ou résister, défendre et combattre.
La CGT pénitentiaire a fait son choix et appelle les personnels à combattre toutes les réformes injustes en initiant ou en s’associant aux différentes actions et mobilisations syndicales.

Montreuil, le 8 octobre 2010.

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page