Accueil > Communiqués > Nationaux > Au mépris, opposons la lutte !!!

Au mépris, opposons la lutte !!!

jeudi 19 avril 2012  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

A nouveau cette semaine, différentes modalités d’actions ont été réalisées dans les établissements pénitentiaires : blocage d’établissements, manifestations, interpellations de politiques, distributions de tracts sur la voie publique, ...

La CGT Pénitentiaire félicite et salue la détermination des personnels pénitentiaires en lutte pour des revendications légitimes.

Il faut que notre administration entende que notre colère est le fruit d’une dégradation générale des conditions de travail. La multiplication des agressions et des graves incidents reflète l’état actuel d’un système carcéral dans lequel les personnels, épuisés, subissent une grave détérioration de leurs conditions de travail. Des records d’heures supplémentaires sont imposés à cause d’un important manque de personnels. La souffrance au travail ne cesse de se développer. Inacceptable !!!

Nous, personnels pénitentiaires, nous ne nous laisserons pas faire !!!

Hier encore, le ministre de la justice, Michel Mercier, a voulu se justifier, devant le conseil des Ministres, suite aux différents mouvements des personnels de l’Administration Pénitentiaire afin de se donner bonne conscience. Il a osé se féliciter de casser le service public pénitentiaire tout en mettant en danger les personnels de surveillance. Honteux !!!

Ce ministre incompétent, qui avait annoncé une soi-disant ouverture de négociations sur le statutaire et l’indemnitaire, fait machine arrière et parle maintenant de groupes de travail jusqu’en septembre 2012 … Ces groupes de travail ne sont qu’un leurre pour aveugler le personnel pénitentiaire afin d’en tirer profit dans cette campagne présidentielle.

Le personnel pénitentiaire n’est pas dupe !!!

Aujourd’hui, avec ces commandes purement politiques visant à remplacer un fonctionnaire sur deux, le ministre est incapable de donner des moyens supplémentaires aux personnels pénitentiaires.

Ce sont plus de 4000 postes, tout corps confondus, qui manquent à ce jour pour un fonctionnement acceptable de notre administration.
De plus, un nouveau record historique a été atteint : 67161 détenus sont incarcérés dans les prisons françaises pour 57255 places : cette surpopulation carcérale ne permet pas aux personnels de remplir correctement leurs missions. A cela s’ajoutent l’ouverture de nouveaux établissements, des dispositifs d’accroissement des capacités, et un transfert de missions du ministère de l’intérieur au ministère de la justice.


La CGT Pénitentiaire relance à nouveau publiquement monsieur Mercier.
Elle lui demande de nous recevoir rapidement afin qu’il apporte des solutions acceptables à nos revendications légitimes.


La CGT Pénitentiaire ne lâchera pas, elle n’acceptera jamais que le gouvernement ne prenne pas en compte la souffrance des personnels, leur légitime colère, leurs revendications pour de meilleures conditions de travail.

Montreuil, le 19 avril 2012

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page