Accueil > Communiqués > Nationaux > Boycott du CTAP Du 20 février 2017 : La DAP veut-elle (...)

Boycott du CTAP Du 20 février 2017 : La DAP veut-elle un conflit très dur ?

lundi 20 février 2017  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Comme annoncé dans un tract national du 16 février 2017, la CGT Pénitentiaire a boycotté le CTAP de repli du lundi 20 février 2017.
Pour cette séance de « deuxième lecture », la CGT rappelle que l’administration n’a besoin d’aucun vote pour adopter les trois thématiques rejetées à l’unanimité syndicale lors du premier comité du 02/02/2017. La DAP n’a pas plus besoin de notre présence en termes de quorum ! D’ailleurs, c’est simple, elle s’en fiche, ne prenant même pas la peine de s’inquiéter du pourquoi d’un boycott !

Nos partenaires UFAP et FO ont également boycotté ce comité technique.

Sur trois projets aussi importants que les QER, les « binômes de soutien » dans le cadre de la détection des détenus radicalisés ou en voie de l’être et sur la diminution des risques et dommages sanitaires en détention, nous avions fait savoir que nous devions prendre un peu plus de temps pour consulter et en débattre, sous peine, à vouloir faire trop vite, de constater ultérieurement d’énormes ratages ou aberrations dans l’application des textes ! En conséquence, nous exigions qu’une réelle négociation s’ouvre, ce dont visiblement la DAP se moque !

Tout comme elle se fiche du droit syndical, celui-ci ne devant marcher visiblement que dans un seul sens, le sien.

Bien, dont acte ! Pour la CGT Pénitentiaire, le baromètre du niveau du dialogue est revenu à celui pratiqué en 2015 ! Les personnels morflent partout, leur sécurité et leur dignité sont affectées dangereusement, on se fout de leur gueule !

Voilà ce que nous écrivions unitairement en 2015 : « Face au travail en mode dégradé organisé en masse, aux charges de travail insensées, aux rythmes de travail déments, à l’insécurité, aux conditions de travail détériorées, aux effectifs de tous corps en berne, aux rappels quotidiens, à la santé des collègues entamée, aux risques psychosociaux omniprésents et grandissants, aux vies de famille impactées, etc...
...l’urgence commandait une prise en compte unitaire de ces questions, dans une perspective d’action autour d’une plateforme revendicative partagée, pour faire changer la donne. »

Si le nouveau Ministre a répondu favorablement à une série de mesures concrètes, il semble que la nouvelle DAP se sent peu concernée par les volets missions et métiers, dialogue social, etc, qui accompagnaient le relevé de conclusions !
Alors que le séminaire s’est tenu en juillet 2016 et que tout devait aller « tambour-battant », rien n’avance pour les personnels et le service public. Pire, tout nous montre que les thématiques se règlent à trois ou quatre à la DAP, dans un bureau, entre technocrates qui pensent à la place de tout le monde !

Pour la CGT Pénitentiaire : Toutes les conditions
D’un nouveau conflit national sont à nouveau réunies !

Montreuil, le 20 février 2017

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page