Accueil > Communiqués > Nationaux > Budget 2013 : Un « surgel » de + 2,4 %

Budget 2013 :
Un « surgel » de + 2,4 %

mercredi 30 janvier 2013  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

En déplacement à la DAP la semaine dernière pour la présentation de ses vœux aux personnels de la direction, la ministre a annoncé qu’un gel budgétaire supplémentaire venait d’être pris par le gouvernement.

Cela fait suite à la circulaire du premier ministre en date du 14 janvier 2013, relative « aux règles pour une gestion responsable des dépenses publiques ». Cette circulaire cadre les ministères quant à leurs dépenses. Elle fixe trois principes à ne pas déroger en matière de maîtrise des dépenses publiques. Il est notamment annoncé le gel des crédits et qu’aucune nouvelle dépense ne pourra se faire sans la compenser sur un autre poste de dépense budgétaire : toute réforme sera donc compensée sur un autre chapitre ou une autre catégorie !

C’est ainsi qu’après une année 2012 extrêmement compliquée à terminer, des DISP étant obligées d’user d’artifices comptables pour boucler la fin de gestion, l’année 2013 s’annonce sévère : Aux 6 % classiques de gel (non levés en 2012 rappelons le), s’ajoute 2,4 % pour 2013, soit 8,4 % de crédits qui seront gelés sur la seule part de la gestion publique (GP – établissements publics et services), afin de garantir la gestion déléguée (GD – gestion privée) épargnée cette année !

Cela risque de se compliquer un peu plus encore dans le sens où la construction du budget 2013 est bâtie sur des indicateurs faussés ou minorés dénoncés par la CGT Pénitentiaire lors des discussions budgétaires, avec l’exemple criant du pari budgétaire déjà perdu fait sur une perspective de déflation carcérale à 65000 détenus !!!!

Les choix vont donc être douloureux, et des régions CGT comme Marseille, Rennes ou Toulouse nous font part que les ciseaux sont déjà de sortie dans les directions interrégionales, occupées à trancher dans les postes de dépenses. Une fois n’est pas coutume, ce sont les budgets alloués aux établissements publics, aux SPIP et à la formation des personnels qui sont en train d’être rabotés !

Entre le gel des crédits publics et l’absence de nouveaux emplois hors ouverture de services ou d’établissements, il est désormais évident que ce gouvernement ne réussira pas son pari de changer de cap en matière de politiques pénales et pénitentiaires, laissant les personnels et leur service public poursuivre leur descente.

Il est clair que le gouvernement est en train de renier ses engagements pris devant les Français, ses électeurs et les professionnels, alors qu’il garantit les engagements pris par d’autres, avec BOUYGUES par exemple : 2,7 Milliards € payables en 27 ans de loyers pour la construction du TGI de Paris en PPP !!! C’est à se demander où sont les « priorités » de ce gouvernement qui nous parle de « Justice » ?

DE L’ARGENT, IL Y EN A. IL VA FALLOIR ALLER LE CHERCHER !

Montreuil, le 29 janvier 2013

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page