Accueil > Communiqués > Nationaux > CAP DE JANVIER 2015 : Le compte n’y est toujours pas (...)

CAP DE JANVIER 2015 : Le compte n’y est toujours pas !!!

jeudi 9 octobre 2014  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Dans un contexte social particulièrement difficile, les personnels de surveillance de l’administration pénitentiaire font une nouvelle fois partie des grands oubliés.
La situation de nos collègues est catastrophique. Le manque d’effectifs couplé à une surpopulation pénale grandissante ne fait que dégrader les conditions de travail déjà si désastreuses.
Les rappels sur les repos hebdomadaires, les heures supplémentaires à n’en plus finir, le travail en mode dégradé, les postes découverts, etc…, sont devenus monnaie courante dans les établissements.
La santé de nos collègues est mise à dure épreuve et cela empiète forcément sur leur vie personnelle et familiale.
Le constat est alarmant et le saupoudrage des postes prévu pour la commission administrative paritaire du 26 au 30 Janvier 2015 ne va qu’amplifier les difficultés dans les détentions.

220 postes publiés (hors création de nouveaux établissements, postes profilés et transferts des nouvelles missions type EJ) en lieu et place des 1000 vacances de postes recensées nationalement.

Ces chiffres ne sont pas dignes d’une administration qui n’a de cesse de clamer à qui veut l’entendre qu’elle se soucie des conditions de travail et de la santé de ses agents.
On se moque des personnels ! Une provocation de plus !
Qui se soucie du stress généré par l’accumulation des journées de travail, des conflits quotidiens, une population pénale de plus en plus vindicative sans compter la pression hiérarchique permanente ?
Certainement pas notre administration !!!

Pour la CGT Pénitentiaire, cette CAP est tout simplement l’annonce d’une insécurité qui va perdurer et d’une dégradation évidente et massive de nos missions de service public que nous avons hélas de plus en plus de mal à assumer au sein de nos établissements pénitentiaires.

Cette situation insupportable ne va qu’amplifier une gestion de la détention déjà bien fragilisée.

L’avenir s’annonce malheureusement morose pour le personnel en tenue et seule la lutte permettra d’améliorer nos conditions de vie et de travail.

Montreuil, le 9 octobre 2014

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page