Accueil > Communiqués > Nationaux > COMMUNIQUÉ AUX PERSONNELS :

COMMUNIQUÉ AUX PERSONNELS :

lundi 20 avril 2015  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Après avoir claquée la porte du 1er Comité Technique de l’AP, le 10 février dernier, les trois Organisations Syndicales représentatives (UFAP-UNSa Justice / FO / CGT) excédées, ont échangé afin d’entrevoir une rencontre visant à faire le point sur la situation actuelle et les dérives d’une directrice empreint d’un autoritarisme déplacé et surtout dangereux pour l’institution et les Personnels, sans compter sa détermination à libéraliser les téléphones portables et internet en détention pour les détenus ; rien que ça !...

Par conséquent, L’UFAP-UNSa Justice et la CGT Pénitentiaire, représentants plus de 55 % des personnels pénitentiaires, se sont rencontrées le jeudi 16 avril 2015 à Paris. (FO ayant au final décliné l’invitation !)

Cette réunion avait pour but d’examiner en commun la situation des Personnels pénitentiaires et de leur service public. Les débats et les différentes confrontations de points de vue ont été menés dans le respect de chaque identité.

Au-delà des constats, la volonté partagée était de tracer des perspectives de répliques communes aux questions qui traversent l’administration pénitentiaire.

L’UFAP-UNSa Justice et la CGT Pénitentiaire ont une analyse convergente sur les situations dans l’AP. Dans chaque établissement et service, les conditions de travail, de sécurité et de santé des Personnels se dégradent d’une manière inquiétante et inacceptable :

Les conditions d’exercice des missions de nos Collègues se détériorent de plus en plus, en lien direct avec une surpopulation pénale importante et difficile, conjuguée à des niveaux d’effectifs de tous corps en deçà de ce qu’il faudrait pour assurer l’ensemble de nos métiers et des missions nouvelles.

Par effet de ricochet, les charges de travail sont insensées, elles pèsent sur la santé des Collègues, leurs vies de famille mais aussi sur les conditions de travail sans cesse dégradées par des politiques d’austérité qui rognent les organigrammes et placent ainsi les Personnels dans des situations d’extrême fragilité et d’insécurité. Ceci est net dans chaque service et notamment en détention où les Collègues n’en peuvent plus d’être sur tous les fronts sans moyen.

L’UFAP-UNSa Justice et la CGT Pénitentiaire entendent faire du prochain CTAP un rendez-vous important avec la DAP, dont le respect pour les Personnels que l’on représente et le dialogue social font défaut !...

Elle doit entendre la souffrance des Collègues et leurs légitimes revendications !... Les deux Organisations Syndicales ne se contenteront pas de réponses en demi-teinte.

Elles ne se satisferont pas plus d’un dialogue social en berne, unilatéral et sacrifié sur l’autel de l’absence de moyen.

Pour l’UFAP-UNSa Justice et la CGT Pénitentiaire, c’est dès aujourd’hui que se prépare le budget 2016.
A l’issue du CTAP, l’UFAP-UNSa Justice et la CGT pénitentiaire se retrouveront à nouveau pour faire le point sur les réponses apportées. Ils n’hésiteront à aucun moment, le cas échéant, à prendre leurs responsabilités :

Il en va de la dignité, de la sécurité et de la santé de tous !...

L’UFAP-UNSa Justice et la CGT Pénitentiaire sont en accord pour porter des revendications communes, dans le respect de leurs différences, dans le seul but que représente l’intérêt supérieur des Personnels pénitentiaires.

Ils exigent des actes forts de la part de la DAP et du Ministère, en faveur des Personnels, sur les thématiques suivantes :

- Les effectifs : Ouverture d’une négociation en faveur d’une meilleure gestion des effectifs - Un renforcement conséquent des emplois de détention et des services – Pour une sacralisation d’organigrammes théoriques renégociés à contrario du plan d’action relatif à la maitrise des heures supplémentaires (note du 5 novembre 2014) qui enfonce nos Collègues ;
- Heures supplémentaires : Leur paiement intégral au-delà de la limite des 108 heures trimestrielles, passant nécessairement par l’abrogation du décret 68-518 du 30 mai 1968 ;
- Salaires / indemnitaires : Pour un relèvement immédiat du pied de grille des personnels techniques de catégorie C, indépendamment de la réforme en cours – Pour une ICP majorée pour les membres du corps d’encadrement et d’application – Pour l’ouverture immédiat d’un débat AP sur la RIFSEEP ;
- Ouverture d’une négociation sur la proratisation des jours RTT au regard des absences pour raison de santé ;
- Application du Compte Epargne Temps sans contrainte de la part de notre administration ;
- Ouverture d’une négociation sur l’ENAP en lien avec sa gestion des personnels mais aussi son statut d’établissement public ;
- Ouverture d’une négociation relative à la formation du codétenu de soutien. Les Personnels doivent rester les acteurs de leur métier et non le contraire !...

L’UFAP-UNSa Justice et la CGT Pénitentiaire attendent des réponses claires et précises visant à résoudre ces revendications portées par les Collègues !...

Paris, le 20 avril 2015.

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page