Accueil > Communiqués > Nationaux > COMMUNIQUÉ DE PRESSE :

COMMUNIQUÉ DE PRESSE :

lundi 20 avril 2015  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Jeudi 16 avril 2015, l’UFAP-UNSa Justice et la CGT Pénitentiaire se sont réunies pour faire le constat des dernières évolutions du projet de Loi sur le renseignement, examiné en procédure d’urgence à l’Assemblée Nationale.

Depuis l’ouverture des débats sur ce projet de Loi, Députés, Rapporteur et Gouvernement argumentent leurs interventions sur les demandes et besoins des Personnels pénitentiaires, pour justifier le bien fondé de leurs propos.

Les 2 Organisations Syndicales représentatives au sein du ministère de la Justice (représentant plus de 55% des Personnels pénitentiaires), s’accordent à relever l’importance du Renseignement Pénitentiaire et sa structuration prégnante au sein de la Direction de l’Administration Pénitentiaire, les orientations futures doivent impérativement recueillir l’avis des professionnels que sont les personnels pénitentiaires.

Or à ce jour, nous attendons toujours d’être auditionnés par la Commission des Lois, un retour sur les propositions faites au Gouvernement et bien évidemment, un retour effectif de la DAP sur les réflexions déposées il y a plus de 9 mois ; quant à la majorité des parlementaires qui se sont exprimés, la maitrise du sujet reste superficielle et politique !... Et c’est bien là le problème, surtout lorsqu’il s’agit d’examiner un texte de Loi aussi important en procédure d’urgence !

L’UFAP-UNSa Justice et la CGT Pénitentiaire réaffirment très clairement que les professionnels pénitentiaires n’ont pas été associés aux travaux préalables au débat parlementaire afin de faire valoir leur expertise !

L’UFAP-UNSa Justice et la CGT Pénitentiaire exigent d’être entendues par celles et ceux qui vont avoir la responsabilité de ce qui sera voté, comme ceux qui auront la responsabilité de mettre en oeuvre le contenu de la Loi ; D’autant qu’ils savent se faire valoir en séance ou ailleurs de nos attentes, alors qu’ils ne connaissent rien de nos missions !... Gageons que la Commission des Lois du Senat ne commettra pas les mêmes impairs !...


La place du dialogue social au sein de l’Administration Pénitentiaire doit être une réalité et non un cautionnement de façade pour les institutions politiques qui devront prendre des décisions en connaissance de cause. Il en va de l’intérêt majeur de la sécurité nationale et du bon fonctionnement de l’Administration Pénitentiaire !

CONTACTS PRESSE :
UFAP-UNSa Justice - FORGET Jean-François : 06-09-11-07-97
CGT Pénitentiaire - GRANDHAIE Alexis : 06-20-74-87-78

Paris, le 20 avril 2015.

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page