Accueil > Communiqués > Nationaux > CTAP DU 14 Janvier 2016 : Les organisations syndicales (...)

CTAP DU 14 Janvier 2016 : Les organisations syndicales claquent la porte !!!

vendredi 15 janvier 2016  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Ce jour s’est tenu le premier Comité Technique de l’Administration Pénitentiaire depuis la signature du relevé de conclusion par les organisations syndicales qui composaient l’unité.

A l’ordre du jour figurait le projet de doctrine d’emploi des unités dédiées, le projet d’arrêté relatif à la mise en service du CP RIOM, le projet d’arrêté relatif à l’ouverture du QSL de Bois d’Arcy, le projet d’arrêté relatif à la transformation du CSL de Grenoble en QSL, le projet d’arrêté relatif au quartier mineur du CP Aix Luynes et de Toulon-la-Farlède ainsi qu’un projet de décret relatif aux permissions de sortir et aux autorisations de sortie sous escorte.

Quelques points d’information devaient y être également débattus comme la note sur l’absentéisme, les travaux menés avec le professeur Mollard (Rythme de travail, impact sur la santé etc…) et sur l’analyse de la pratique professionnelle.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette nouvelle année s’annonce dans la même lignée que la précédente !

Après avoir entamé les débats concernant la doctrine d’emploi des unités dédiées, permettant à notre organisation de rappeler notre perplexité quant à l’efficacité d’un tel projet, l’administration nous indique que le document de travail fourni et proposé au vote n’est pas actualisé.

Mais de qui se moque t-on ?

Malgré les différentes demandes de report formulées par les organisations syndicales afin que cette question puisse être traitée convenablement lors d’un prochain CTAP, l’administration persiste et signe dans sa bêtise en demandant absolument un vote sur un document qui n’est même pas à jour…

La CGT Pénitentiaire ainsi que toutes les organisations siégeant au comité technique ont donc décidé de formuler un vote « contre » sur toutes les questions à l’ordre du jour afin de rendre obligatoire une nouvelle convocation, avant de claquer la porte.

Comment peut-on interpréter ce déni de dialogue social, quelques semaines à peine après notre signature du relevé de conclusion ?

Alors que sur les terrains, l’arrivée de ces unités dédiées est fortement décriée, la direction de l’administration pénitentiaire montre une nouvelle fois toute la considération qu’elle peut porter à ses agents en souhaitant imposer leur vision par la force.

La CGT Pénitentiaire ne cautionnera jamais un semblant de dialogue social.

Montreuil, le 14/01/2016

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page