Accueil > Communiqués > Nationaux > Communiqué de l’intersyndicale justice

Communiqué de l’intersyndicale justice

vendredi 11 février 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

La journée de mobilisation nationale d’hier fera date : personnels
d’insertion et de probation, assistants de service social, éducateurs de la
PJJ, greffiers, fonctionnaires, agents, conseillers prud’hommes, magistrats,
avocats, policiers et associations de victimes ont exprimé avec force leur
révolte face aux accusations sans preuve du président de la République et
à la situation désastreuse du service public de la Justice.

Pourtant, hier soir, le président de la République a minimisé le
soulèvement du monde judiciaire avec des arguments aussi méprisants que
mensongers.

Revenant sur le drame de Pornic, le président de la République a semblé
frappé d’amnésie quant à ses propos de la semaine passée : après avoir
désigné des coupables au sein du tribunal et du SPIP de Nantes, il prétend
aujourd’hui s’en remettre aux rapports d’inspection. Refusant « la fatalité »
de ce crime, Nicolas Sarkozy ne doute apparemment pas que des fautes
individuelles seront pointées, persistant ainsi dans une logique de
pressions inacceptables sur les personnes en charge des inspections.
Quant aux moyens du ministère de la justice, le président de la République
s’est contenté d’exhiber l’augmentation du nombre de magistrats, de
greffiers et de conseillers d’insertion et de probation. Mais il a
volontairement occulté l’augmentation encore plus importante de la
charge de travail des agents et a omis de rappeler les graves retards
accumulés par notre pays en la matière. Si la France est aujourd’hui classée
au 37ème rang européen sur 43 pays s’agissant du budget consacré à la
justice, c’est bien que les augmentations affichées sont largement
insuffisantes !

Indiquer que les juridictions prud’homales, commerciales et
administratives fonctionnaient bien pour justifier que le « focus » soit mis
sur le domaine pénal ne peut que surprendre, alors que chacun connait les
délais de traitement des affaires en matière sociale et que les magistrats
administratifs étaient en grève le 9 février 2011.

Pour le chef de l’Etat, le débat sur le manque de personnels est clos. Il a
ainsi clairement laissé entendre qu’il n’y aurait pas de recrutement
supplémentaire et qu’il appartiendrait donc aux seuls personnels de justice( dont il a tenu au passage à stigmatiser le « statut ») de faire des efforts.

D’une manière générale, non seulement Nicolas Sarkozy n’a pas répondu
aux légitimes exigences de l’ensemble des professionnels de la justice,
dont la mobilisation est comprise par une large majorité de français, mais
encore il a décidé d’assumer le délabrement continu du service public de
la justice en lui donnant pour seul horizon la construction de nouvelles
prisons...

Par ailleurs, nous sommes très inquiets des propos tenus sur la Justice
des mineurs alors que depuis trois ans, cette administration subit des
suppressions d’emplois importantes.

Face à cette surdité et cet aveuglement, les organisations signataires
entendent maintenir la mobilisation. Elles exigent d’être reçues ensemble
lundi 14 février par le garde des Sceaux et, dans l’attente de cette
rencontre, appellent l’ensemble des personnels à se réunir et à
poursuivre l’ensemble des actions entreprises depuis une semaine :
grèves, renvois d’audiences, assemblées générales, boycott de réunions,
reports de convocations, rencontres avec les citoyens, distribution de
tracts, rassemblements, conférences de presse, etc…

Elles demandent la publication des rapports des inspections et appellent
d’ores et déjà à ce que service par service, juridiction par juridiction des
états des lieux soient établis puis adressés au Président de la République
pour que dans l’hypothèse où de nouveaux drames se produisent il ne
puisse pas dire qu’il ne savait pas.

Dès lundi, les organisations professionnelles, au vu des positions du garde
des Sceaux, se réuniront pour déterminer ensemble les suites du
mouvement.

Paris, le 11 février 2011.

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page