Accueil > Actus interprofessionnelles > Confédération > Communiqué de la CGT ! Justice : Un mouvement d’ampleur (...)

Communiqué de la CGT ! Justice : Un mouvement d’ampleur exceptionnelle

samedi 12 février 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

10 février 2011 : un jour exceptionnel pour la justice

La quasi-totalité des tribunaux et cours d’appel ont procédé à des renvois des audiences non urgentes. La cour de cassation a publié un communiqué, des dizaines de manifestations se sont déroulées dans toute la France. Toutes les régions, sans exception se sont mobilisées pour exprimer leur colère suite au propos de Nicolas Sarkozy du 3 février dernier accusant le monde judiciaire de laxisme dans l’affaire Laëtitia.

Le monde de la justice s’est très largement mobilisé de manière unitaire. Les magistrats, les avocats, les personnels qu’ils soient éducateurs de la protection judiciaire, conseillers d’insertion et de probation, greffiers, gardiens de prisons, policiers toutes les professions de la chaîne judiciaire se sont engagés ainsi que leurs organisations syndicales. Et au-delà, de nombreuses voix se sont faites entendre pour exprimer leur solidarité.

Aucun démocrate ne peut rester insensible face au danger de propos démagogiques, d’autant plus intolérables lorsqu’ils sont prononcés par le Chef de l’Etat, instrumentalisant, une fois de plus, des évènements dramatiques pour masquer les carences de l’Etat et justifier des mesures sécuritaires dont la justesse et la pertinence sont mises en cause par la réalité des faits.

Ce mouvement d’ampleur exceptionnelle démontre incontestablement l’inquiétude, le ras le bol, la colère, l’exaspération du monde de la justice et de tous ceux qui ont pris la mesure non seulement de l’injustice des derniers propos de Nicolas Sarkozy mais du danger pour la démocratie des attaques répétées contre le système judiciaire. Alors que le monde judiciaire, approuvé par une majorité de citoyens, réclame des moyens pour exercer décemment leurs missions, le Chef de l’Etat répond par le mépris, les qualifiants de « personnes avec un statut » et les oppose aux demandeurs d’emploi.

Les seules décisions prisent concernant la justice lors du show télévisé du 10 février au soir sont : la demande faite au garde des Sceaux de recevoir les syndicats de magistrats, la volonté de chercher des responsables dans l’affaire Laëtitia uniquement auprès des personnels et magistrats de la région de Nantes, la mise en place de jurés populaires et la création de 5000 places de prison. Aucun moyen supplémentaire en terme de personnel !

La CGT, solidaire du mouvement des magistrats et signataire du manifeste appelant à l’action du 10 février, se préoccupe depuis toujours de la bonne marche de la justice. Aussi plusieurs organisations de la CGT ont participé aux actions et ont pris des initiatives locales, manifestations, communiqués…

En ce qui concerne plus particulièrement les droits des salariés, la CGT n’a de cesse de défendre la prud’homie. Cette justice spécifique, de proximité, gratuite doit rester accessible dans des délais raisonnables. Or, là aussi, les moyens manquent cruellement et c’est naturellement, avec d’autres organisations, que la CGT s’est jointe à l’initiative du Syndicat des Avocats de France pour protester contre les dénis de justice que constituent les délais déraisonnables des procédures prud’homales.

Aussi, le 15 février, 71 dossiers de justiciables, réclamant la condamnation de l’Etat pour le non respect des délais, seront déposés au tribunal de grande instance de Paris.

Stop aux dénis de justice !

Dans un état de droit, il n’est pas acceptable que les institutions judiciaires ne soient pas en mesure, faute de moyens alloués par le Gouvernement, de respecter la loi et les droits fondamentaux des justiciables.

Le 15 février 2011 à 13 Heures

Conférence de presse et rassemblement sur les marches du Palais de Justice de Paris.

Montreuil, le 11 février 2011

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page