Accueil > Communiqués > Nationaux > Contractuels dans les SPIP : Par ici la sortie

Contractuels dans les SPIP :
Par ici la sortie

jeudi 6 décembre 2012  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Ces derniers temps, la rumeur des terrains semble confirmer les craintes soulevées par la CGT Pénitentiaire lors des discussions sur le budget de l’administration pénitentiaire. L’administration ne communiquant aucun élément précis concernant l’enveloppe dédiée à l’embauche et au renouvellement des contractuels dans les SPIP (agents administratifs, travailleurs sociaux, agents culturels, psychologues…) et n’ayant toujours pas fixé les plafonds d’emploi 2013 par DISP, il est très probable que l’on s’achemine vers un véritable plan social.

A cela s’ajoute au niveau du ministère le retard considérable pris sur la publication des arrêtés permettant d’ouvrir aux non titulaires les dispositifs d’intégration pour ceux y ayant droit. On est aujourd’hui dans un flou total concernant l’avenir des contractuels du ministère, à priori jusqu’au second semestre 2013 ! Ils ne seraient pas moins de 1100 concernés par la titularisation et la CDI-sation au ministère (données DGAFP), leur nombre exact et leur ventilation pour l’administration pénitentiaire étant toujours inconnus à ce jour.

Le régime sec n’attendra donc probablement pas l’été 2013, le dégraissage a bel et bien commencé.

Après avoir eu massivement recours à l’emploi précaire pour masquer l’indigence des moyens humains dans les services et l’incurie de l’administration révélée dans les SPIP par quelques affaires médiatiques, de plus en plus d’agents précaires recrutés sur le tas voient approcher l’échéance de leur fin de contrat sans réponse claire quant à leur avenir.

Pour nombre d’entre eux, le retour à la case Pôle Emploi leur a déjà été signifié sans autre forme de remerciement.

Le recours à l’emploi précaire n’est qu’un cache misère qui contribue à l’entreprise de déqualification professionnelle et à la remise en cause du statut des fonctionnaires, pourtant déjà bien engagées.

Il est cependant incontestable aujourd’hui que de nombreux services ne tiennent qu’à un fil grâce à la présence des contractuels. Sans eux, certains services touchés par le manque de personnel et/ou la surcharge de travail vont connaître des lendemains particulièrement difficiles.

Mais en l’absence de toute de réflexion autre sur leur prise de poste que de boucher les trous dans l’urgence, en l’absence totale d’une politique d’intégration cohérente et d’une vision à long terme de l’avenir de nos métiers ; ils ne sont que des salariés jetables et corvéables à merci souvent instrumentalisés pour remettre en cause notre qualification professionnelle : pas besoin de formation et d’une mobilité contrainte après la réussite à un concours pour remplir les cases d’APPI…

Cette précarité salariale organisée n’est que le reflet de l’indigence matérielle dans laquelle les SPIP ont été plongés et de l’absence de toute réflexion de fond sur nos métiers, sacrifiés sur l’autel de l’idéologie gestionnaire imposée par la pression pénale et la continuité de la politique du chiffre.

Montreuil, le 5 décembre 2012

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page