Accueil > Communiqués > Nationaux > Coupe du monde des bonnes idées pour faire face à la (...)

Coupe du monde des bonnes idées pour faire face à la pénurie de personnels dans les SPIP —> Idée n°1 : Le service civique à la rescousse ?

jeudi 21 octobre 2010  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 79.6 ko
A imprimer et diffuser

Budget insuffisant ? Pénurie d’emploi ? Manque de personnel ? Le SPIP du Vaucluse a la solution : embaucher un jeune de 16 à 25 ans, pour la moitié d’un SMIC, dans le cadre du service civique.

Vous pouvez consulter cette offre (véridique) sur : http://service-civique.gouv.fr/content/accompagnement-à-la-mise-en-place-et-animation-de-stages-collectifs-de-prevention-de-la-réci
(ou chercher « pénitentiaire » à l’accueil du site)


Vos missions ?
« L’accompagnement à la mise en place et l’animation de « stages collectifs de prévention de la récidive » ; « l’accueil et l’accompagnement des PPSMJ » ; la « prévention gestion des risques de conflit » ( ?) ; et tout autre tâche qui ne pourra pas être assurés par des professionnels faute de personnel nécessaire.

Voilà un dispositif innovant qui permet de déléguer efficacement les taches des futurs « conseillers pénitentiaire d’insertion et de probation », et ce à moindre coût ! Bel esprit d’initiative. Il est vrai que le budget 2011 augure d’heures bien sombres pour les SPIP et qu’il va falloir faire preuve d’inventivité pour assurer les nouvelles missions !

D’ailleurs, pourquoi ne pas proposer aux compagnons d’Emmaüs de s’occuper du diagnostic à visée criminologique ? La saisie des entretiens sur APPI ne constitue-elle pas une formidable expérience professionnelle pour les stages de fin de 3ème ? Les rapports concluants à la dangerosité avérée d’une PPSMJ vue 5 minutes en entretien arrivant ne pourraient-ils pas être délégués aux scouts de France ? Quand à l’ordre de Malte, il apparaît être le partenaire tout désigné par s’occuper du TIG, comme le propose le député Vanneste dans son rapport.

La PJJ serait bien avisée de s’inspirer de cette politique novatrice des SPIP, et pourrait demander dorénavant à la fondation « Ronald Mc Donald » d’assurer l’accueil des mineurs.

A l’administration pénitentiaire, on a pas de moyen, mais on a des idées. Dommage qu’elles soient mauvaises.

L a C G T P é n i t e n t i a i r e

A Montreuil, le 21 octobre 2010

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page