Accueil > Communiqués > Nationaux > Lettre ouverte à madame la Ministre de la Justice, Garde (...)

Lettre ouverte à madame la Ministre de la Justice, Garde des Sceaux :
Prise d’otage à la maison d’arrêt de Lille-Loos-Sequedin

mardi 16 avril 2013  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Madame la Ministre,

La prise d’otage à la maison d’arrêt de Lille-Loos-Sequedin, ce samedi 13 avril, met en exergue la situation difficile que vivent, au quotidien, les personnels pénitentiaires. Je vous rappelle d’ailleurs qu’elle a succédé à la tentative d’évasion au quartier maison centrale de Réau, il y a presque un mois jour pour jour.

En effet, nous assistons à une recrudescence d’entrée d’objets prohibés dans les établissements pénitentiaires tels que téléphones portables, drogues, armes, explosifs, etc… qui mettent en péril la sécurité de l’ensemble des personnels.

Ces événements, graves et traumatisants pour les personnels, sont en partie la conséquence de la suppression des fouilles systématiques, entérinée par la circulaire du 14 avril 2011 relative au moyen de contrôle des personnes détenues. Cette suppression aurait dû être accompagnée de la mise en place de matériels modernes et performants, tels que des scanners qui permettraient de visualiser et de détecter très précisément les objets dissimulés sur une personne, sans porter atteinte à la dignité de la personne.
Par ailleurs, l’administration a été condamnée de multiples fois par les juridictions car, dans la plupart des établissements, ceux-ci ne sont pas dotés de moyens de détection et les personnels sont dans l’obligation d’effectuer des fouilles intégrales de manière systématique.

En outre, le personnel souffre de conditions de travail et de vie de plus en plus dégradées, engendrées par les problématiques des sous-effectifs et de surpopulation carcérale toujours très importante. L’insuffisance du nombre de personnels et la surpopulation pénale ne permettent pas non plus aux agents, pourtant si impliqués et professionnels, d’assurer correctement leurs missions, qu’elles soient de sécurité ou de réinsertion.

Ainsi, madame la Ministre, nous vous demandons de prendre rapidement les mesures nécessaires afin de répondre au désarroi et surtout aux besoins des agents placés sous votre responsabilité.
Nous ne pouvons plus attendre, la situation est intolérable et insupportable. Nous estimons être en droit d’exiger des réponses concrètes tant notre intégrité physique et psychologique peut être mise en péril.
Il est donc urgent d’équiper l’ensemble des établissements pénitentiaires de moyens techniques tels des scanners corporels qui ont démontré leur efficacité dans d’autre pays.

Concernant l’emploi, la CGT Pénitentiaire réitère sa demande : les organigrammes doivent être revus à la hausse pour les personnels de surveillance et être créés pour l’ensemble des corps de l’administration pénitentiaire. Ainsi, votre ministère pourra établir les besoins réels en personnels. Ce dont nous sommes certains, c’est qu’il manque, a minima, 4 000 emplois tous corps confondus.

Enfin, je vous demande de réorienter très concrètement la politique pénale afin que les alternatives à l’incarcération soient priorisées pour les délits mineurs, et que l’incarcération soit une réponse pénale efficace et adaptée pour les délits graves. Nous pourrions ainsi résoudre le problème de la surpopulation pénale et être plus efficaces dans la prise en charge de personnes qui peuvent, à un moment donné, présenter un réel danger pour nos concitoyens.

Veuillez recevoir, Madame la Ministre, mes respectueuses salutations.

Marc ASTASIE
Secrétaire Général de la CGT Pénitentiaire

(Ce courrier sera rendu public)

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page