Accueil > Communiqués > Régionaux > DECLARATION CGT LORS DE LA VENUE DE Mme GORCE, (...)

DECLARATION CGT LORS DE LA VENUE DE Mme GORCE, DIRECTRICE DE L’ADMINISTRATION PENITENTIAIRE

vendredi 22 août 2014  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Madame la directrice,

Votre visite au CPH RENNES-VEZIN est pour la CGT l’occasion de vous alerter de vive voix sur la situation extrêmement grave que traverse cet établissement et les personnels qui y travaillent.

En effet, les effectifs, en particulier de surveillant(e)s, sont bien en deçà des besoins pour faire fonctionner correctement ce site et créer de bonnes conditions de vie et de travail aux agents. Pour vous en rendre compte, il suffit de demander le nombre d’heures supplémentaires qu’effectuent les personnels en tenue ! Lors de la dernière CAP de mutation, malgré un manque reconnu de treize surveillants, il n’y a eu qu’un seul poste d’offert à la mobilité.

Nul doute que ce discours sur la situation des effectifs, vous l’entendez pratiquement dans tous les établissements que vous visitez.

Pour autant la CGT du CPH RENNES-VEZIN ne peut se résigner pas plus que d’entendre dire qu’il y a pire ailleurs. Malgré un très faible taux d’absentéisme , les agents se voient dans l’obligation d’effectuer 40, 50 , 60............ heures supplémentaires pour à peine couvrir les postes dans cet établissement.
Malgré un professionnalisme exemplaire, les personnels sont à bout, épuisés par ces heures supplémentaires à n’en plus finir, et en contact avec une catégorie de population pénale de plus en plus compliquée à gérer.

Non madame la directrice, cette situation ne peut plus durer. Et ce ne sont pas les 536 créations d’emploi sur trois ans qui peuvent nous donner l’espoir de jours meilleurs. Ce chiffre ne correspond même pas à un surveillant par établissement par an.

La CGT n’a pas pour habitude de pratiquer la langue de bois. La situation du CPH RENNES-VEZIN est catastrophique. Tous les voyants sont au rouge.

Une seule et simple question madame la directrice : Comment tenir ce rythme infernal ?

Le fiasco du suivi des effectifs a engendré une carence abyssale en personnels de surveillance sur plusieurs années et le fossé continue à se creuser !

A contrario, le nombre de détenus continue d’augmenter. Surpopulation pénale et manque de personnels ne font pas bon ménage !

Le professionnalisme, le courage, l’exemplarité dont les agents font preuve pour accomplir le mieux possible les missions qui leur incombent ont leur limite.
L’inquiétude des personnels est d’autant plus grande que nous savons que l’administration cherche à tout prix à « économiser » des heures supplémentaires en découvrant des postes. Il est hors de question, pour la CGT, que les agents voient leur sécurité remise en cause en découvrant quelque poste que ce soit dans cet établissement !

Pour ne pas arranger les choses, la CGT constate que de plus en plus de détenus au profil psychiatrique perturbé sont affectés dans cet établissement. Les agressions sur personnels se multiplient. Ces détenus sont ingérables et nécessitent une mobilisation des agents à tout instant ! Et malheureusement, malgré les signalements répétés des agents, l’administration attend que le détenu passe à l’acte pour agir. C’est insupportable.

Le pire est devant nous et les personnels ne voient pas d’éclaircies à l’horizon !

LES AGENTS N’ATTENDENT QU’UNE CHOSE, DES ACTES POUR AMELIORER LEUR QUOTIDIEN !

Le bureau local CGT-pénitentiaire.

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page