Accueil > Communiqués > Nationaux > DECLARATION LIMINAIRE CAP CPIP DU 27 JUIN 2014 (...)

DECLARATION LIMINAIRE CAP CPIP DU 27 JUIN 2014 AVANCEMENT

vendredi 27 juin 2014  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Monsieur le président,

Lors de la dernière CAP vous avez adopté une position intransigeante qui nous a étonnés. C’est une première que l’avis de la CAP de CPIP soit invalidé par un directeur.
C’est notamment parce que les organisations syndicales représentatives du personnel ont refusé une décision infondée, ouvrant des voies vertigineuses vers des sommets arbitraires que nous avons quitté la salle en plein débat, refusant de prendre part à un vote acquis d’avance par les représentants de l’administration dans cette CAP.

Il est particulièrement dommageable que le président d’une commission administrative paritaire confonde l’instance qu’il est en train de présider avec le conseil de discipline.

Bien qu’il s’agisse d’un épiphénomène, notamment parce que les organisations syndicales ont respecté le choix de l’agent de ne pas faire d’écho retentissant à cette affaire, il est particulièrement outrageant de penser qu’en ces murs de la direction de l’administration pénitentiaire, des cadres administratifs à haut niveau de responsabilité s’exonèrent des droits fondamentaux, notamment en terme de défense, octroyés à n’importe quel citoyen devant quelque instance administrative ou tribunal que ce soit. La directrice de l’administration pénitentiaire a bien été inspirée en désavouant le président de la CAP.

Si cet épisode restera particulièrement amer dans l’exercice de ce mandat, il ne doit pas nous empêcher d’avancer et de vous faire comprendre l’intérêt que l’administration aurait à mieux entendre les organisations du personnel sur les multiples revendications que nous portons dans cette instance. Les remontées des services devraient vous alerter sur leur état mais elles restent finalement pour vous des doléances sans lendemain.

De déclaration liminaire en déclaration liminaire nous n’arrêtons pas de soulever des problèmes de gestion RH.
Nous attendons de vous, monsieur le président que vous preniez des risques.

Le simple risque de dire aux deux trois personnes qui vous chapeautent que la situation dans les SPIP est insupportable :

• Que la pré affectation est un échec sans nom,

• Qu’une demande récurrente des CPIP concerne leur reconnaissance en terme de diplôme, de formation, de qualification,

• Que la politique salariale de l’Etat met à mal le niveau de salaire et le pouvoir d’achat,

• Que les organisations syndicales veulent rouvrir des chantiers indemnitaires ou statutaires,

• Qu’en termes de gestion déconcentrée des ressources humaines les SPIP sont totalement dépourvus de moyens ou soumis à des personnels d’encadrement méconnaissant les règles élémentaires des droits des agents de la fonction publique,

• Que les politiques publiques conduites actuellement sont désastreuses pour les publics confiés au SPIP,

Que vous dire en ouvrant cette CAP que nous n’ayons déjà dit.

Concernant cette CAP d’avancement, le tableau des proposés hors classe atteste une nouvelle fois de l’incurie de la hiérarchie concernant la notation :

Par exemple, sur Strasbourg et Lyon, les "non-proposés" sont les "non-notés"alors que sur Rennes, des "non-notés" sont proposés.
Enfin, le nombre de "non-proposés" sur la DISP de Lille est ridicule au regard du nombre de proposables.

Dans ces conditions, la CGT interviendra durant la CAP pour rééquilibrer la donne et pour que des collègues "non-proposés" par leur DI puissent être promus.

Montreuil, le 27 juin 2014.

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page