Accueil > Communiqués > Régionaux > DISP de Rennes : Les heures faites doivent être payées (...)

DISP de Rennes :
Les heures faites doivent être payées !

lundi 15 octobre 2012  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Nous avons eu droit cet été à la sempiternelle note de la DISP de Rennes sur la « procédure de mise en paiement des heures supplémentaires ». Cela devient une mauvaise habitude qui tourne autour de l’idée qu’il y aurait des abus locaux alors que l’ensemble des heures faites le sont sur la base de postes à couvrir ou de missions nouvelles créées au fil du temps, sans que les moyens humains aient été mis sur la table, au péril trop souvent de la sécurité des personnels et du service public.

Ça ne fait rien, rebelote cette année mais avec un cran supplémentaire dans la culpabilisation faites aux personnels et une proposition « nouvelle » pour remédier à la chasse aux gaspis. Pour la DISP de Rennes, il faut désormais se contenter des effectifs actuels et retravailler les organigrammes d’établissements avec les moyens du bord, « sur la base d’organigrammes appliqués »…qui généreront d’autres heures sup et qui risquent fortement d’être entérinés au fil du temps. Pour la DISP de Rennes, « une bonne démarche consiste également à déterminer le plus possible la couverture des postes d’une manière très serrée, certains quart d’heure avant le commencement de la mission n’auraient aucune légitimité ». Et bien sûr, à l’encontre de l’esprit des notes DAP, même si le poste fixe au choix la récup ou le paiement, il faudrait privilégier la récup.
Comment ? Aucune recette ne nous ne nous le dit au travers de la note qui prend malgré tout moult gants en demandant de faire attention à la sécurité en cas de non couverture d’un poste : Débrouilliez vous au niveau local en essayant tout et son contraire !

Que la DISP de Rennes ne s’y méprenne pas, les heures faites au cours d’une année sont justifiées et correspondent à des emplois manquants.

A titre d’exemple, les personnels de surveillance de la DISP de Rennes ont effectué au titre de 2011, 233 694 heures supplémentaires soit + 10,91 % par rapport à 2010 et au 31/07/2012 il y avait déjà + 6,30% d’heures sup de fait par rapport à 2011 à la même date. Pour l’année 2011, cela représente 3 038 000 € heures payées si nous prenons une base moyenne régionale de 13 € l’heure sup. Mais cela représente également 146 emplois de surveillants sur la seule région de Rennes sur une base de 1600 H annuelles !

146 emplois montrent un nombre qu’il faudrait simplement obtenir pour une remise à niveau de l’effectif des personnels de surveillance sur la DISP de Rennes, sans tenir compte de l’ouverture de nouveaux postes pour répondre, par exemple, aux missions nouvelles ou au renforcement des organigrammes pour garantir des conditions de travail et de vie en famille décentes.

Nous savons à la CGT que cette question est très sensible car nombreux sont les collègues qui saisissent l’occasion d’arrondir leurs fins de mois par ce biais : la question du pouvoir d’achat est en effet une question récurrente et très importante. Pour autant, non moins nombreux sont les collègues à vouloir conserver leurs repos au regard de leur vie de famille plutôt que de subir les nombreux rappels comme c’est le cas actuellement.

Pour autant, à l’heure où le nombre de chômeur grandit, il est clair que la question de l’embauche de fonctionnaires en lieu et place d’heures supplémentaires est au cœur du débat. La CGT choisit clairement l’emploi pour nos jeunes mais également pour l’exercice de nos missions qui doivent être exécutées dans un cadre sécurisé et serein.

Par contre, il est tout aussi évident que dès lors que des heures sont faites, elles doivent être payées.

Nous appelons nos militants à veiller à ce que la note DISP passe en CT d’établissements.

Nantes, le 15 octobre 2012

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page