Accueil > Communiqués > Nationaux > Déclaration liminaire CTAP du 2 décembre 2013

Déclaration liminaire CTAP du 2 décembre 2013

lundi 2 décembre 2013  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Madame la Présidente,

Le contexte actuel est toujours aussi dégradé pour les personnels et le service public. Pour indicateur et signe que vous ne devez pas prendre à la légère, Madame la Directrice de l’Administration Pénitentiaire : les mobilisations qui se multiplient dans les établissements et dans les services. A travers les revendications portées, s’expriment une souffrance réelle et un épuisement professionnel.

Chez les personnels d’insertion et de probation et les personnels administratifs, le ras le bol exprimé autour du logiciel Origine notamment, est lié aux charges de travail insurmontables. Si elles étaient adaptées à un objectif de service public de qualité, nous n’en serions pas là !

La responsabilité de l’administration pénitentiaire en tant qu’employeur est pleine et entière sur le sujet de la santé physique et psychologique de ses agents, comme elle l’est indéniablement concernant le drame survenu à Nantes mercredi dernier.

L’agression dont ont été victimes nos trois collègues marque les consciences tant elle est d’une grande gravité. De nombreuses questions se posent sur la mise en danger de nos collègues nantais et sur les éventuelles « erreurs d’appréciation ».

La CGT vous demande des comptes, Madame la Directrice, sur ce qui s’est réellement passé. Toute la lumière doit être faite et ce, dans les plus brefs délais. Vous vous êtes engagée à venir à Nantes, très bien ! Mais sachez que la paix sociale ne s’achète pas et que la CGT se réserve le droit de porter plainte contre l’administration si elle le juge nécessaire. La presse nous apprend un certain nombre de choses, comment se fait-il qu’encore une fois les organisations professionnelles n’aient pas le même niveau d’information que les médias ?

Cet événement nous rappelle à quel point les extractions médicales sont sensibles. A la CGT, nous pensons que les personnels de surveillance, qui observent au quotidien les personnes détenues, doivent être associés aux prises de décision comme celles du niveau d’escorte. Nous pensons également que ces escortes devraient mobiliser les forces de l’ordre.

La CGT Pénitentiaire, forte de ses orientations, portera haut et fort l’ensemble des revendications des personnels jusqu’à ce qu’elles soient satisfaites !

L’administration ne pourra s’exonérer de ses responsabilités alors que la santé et la vie de ses agents sont en jeu. La CGT Pénitentiaire y veillera, comptez-y bien !

Montreuil, le 2 décembre 2013

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page