Accueil > Carrières > Mutations > Déclaration liminaire de la CAP des assistants de (...)

Déclaration liminaire de la CAP des assistants de service social du 13 décembre 2011

mardi 13 décembre 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Paris le 13 Décembre 2011

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

La CGT s’inquiète du mal être ressenti par les ASS du Ministère de la Justice. Outre les problématiques des ASS du personnel abordées lors de la déclaration commune avec la CFDT, la situation dans les deux autres directions est tout aussi préoccupantes.

Pour l’Administration Pénitentiaire

L’hémorragie tant désirée et encouragée par l’administration a eu lieu. Cependant, il reste tout de même une centaine d’ASS en postes qui attendent toujours des réponses claires, que leur administration est incapable de leur fournir.

Actuellement, les ASS en poste continuent d’occuper les mêmes missions que les CPIP. Il est d’ailleurs à noter que bien que n’étant pas « criminologue », ils sont habilités à remplir le Diagnostic à Visée Criminilogique, fer de lance de la nouvelle « pensée » des SPIP.

Aujourd’hui, nous vous demandons de nous dire, quel est l’avenir des ASS à l’Administration Pénitentiaire sans nous leurrer, une fois de plus, avec des discours sur une pluridisciplinarité que vous n’avez vraisemblablement, ni la volonté, ni la capacité de mettre en œuvre.

Pour la Protection Judiciaire de la Jeunesse

Que dire de plus que lors des CAP précédentes ?

Les ASS de la PJJ vivent en plein paradoxe. Sur le terrain, leur travail et leurs compétences sont reconnus et mis en avant par leurs collègues, leur hiérarchie de proximité et les magistrats. Dans les couloirs de la Centrale, tout est mis en œuvre pour trouver un moyen de se passer de leur présence.

Alors que la MJIE doit se mettre en place au 1er Janvier 2012, quel sera notre rôle dans cette mesure ? L’administration n’apporte aucune réponse sur notre quotité de travail mais ne se gène pas pour en baliser un contenu au rabais.

La CGT ne laissera pas le corps des ASS s’éteindre à petit feu sous le prétexte d’une pseudo-modernisation de l’investigation. Nous ne sommes pas dupes de la manœuvre : cette soit-disant idéologie n’a pour but, finalement, que de réduire la masse salariale.

L’avenir de la filière sociale

Cela fait plusieurs mois que le gouvernement dit qu’il va intégrer toute la filière sociale dans le Nouvel Espace Statutaire du B (NES du B). Devant l’opposition unanime des Personnels de la Fonction Publique Territoriale et l’opposition des élus, il a tout récemment voulu passer en force dans la Fonction Publique de l’Etat et uniquement pour les ASS et les CTSS.

Là encore, à l’initiative de la CGT, une intersyndicale a refusé les « propositions » scandaleuses de l’administration. Le NES du B, c’est perdre plus de 50 000€ sur une carrière complète. Seuls les deux premiers échelons et les deux derniers, sur une carrière encore allongée, seront gagnants.

Pour 56€ mensuels de pension supplémentaires, il faudrait perdre 50 000€... C’est se moquer ouvertement d’une filière très largement féminine... à l’heure où le gouvernement veut négocier sur l’égalité Homme-Femme !

Le Secrétariat Général du Ministère de la Justice et des Libertés n’a pas le droit de dire que cette évolution est décidée.

Pour l’heure, nous n’avons pas le rendez-vous promis avec le Ministre de la Fonction Publique et ce rendez-vous est peu probable avant la fin de l’année.

Ensuite, ce dossier relève du nouveau conseil supérieur commun aux trois fonctions publiques. Il devient donc probable que plusieurs semaines, voire plusieurs mois, se passeront avant que ce dossier soit bouclé.

La CGT n’a pas l’intention de laisser filer sur la filière sociale de l’Etat, les enjeux concernent plus de 200 000 salariés du Public et plus d’un million 500 000 dans le privé, depuis les crèches jusqu’aux maisons de retraite en passant par les services sociaux des entreprises.

Les élus CGT de la CAP ASS

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page