Accueil > Communiqués > Nationaux > Déclaration liminaire de la CGT Pénitentiaire au CTAP du (...)

Déclaration liminaire de la CGT Pénitentiaire au CTAP du 17 septembre 2012

lundi 17 septembre 2012  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Monsieur le président,

Nous regrettons de devoir commencer ce CTAP, en vous faisant part de notre profond mécontentement d’avoir vu se tenir un CTAP le 23 Mai 2012 en plein congrès national de la CGT Pénitentiaire. Ceci démontre encore une fois une méthode inacceptable en matière de dialogue social. Je ne crois pas que vous vous seriez autorisé de le faire avec un autre partenaire représentatif. Il eut été si simple de le reporter que ça montre clairement en tout cas la sélectivité dont vous faites preuve dans le choix de vos partenaires sociaux. Et il apparaît en tout cas clairement que la ministre n’est pas respectée dans ce quelle entend mettre en œuvre dans ce ministère avec les partenaires sociaux. Vous êtes une administration qui a été nommée par le précédent gouvernement, vous continuez à mettre en place ses façons de faire, ça doit être cela après tout la continuité de l’état.

Dans la même veine, le dernier conseil de discipline a été marqué par des incidents qui ne tiennent qu’au comportement de l’administration envers les élus CAP. Ces derniers ne sont pas au conseil de discipline pour faire tapisserie, ils sont là pour amener la contradiction et faire rappeler le droit dans l’intérêt des agents et de l’ensemble du corps. La CGT Pénitentiaire demande à l’administration plus de respect et surtout de l’écoute. Loin des établissements et services, elle ne peut que gagner à entendre les élus des terrains.

Il semble enfin pour la CGT Pénitentiaire que le contenu de l’ordre du jour de ce CTAP est bien en deçà des attentes et des préoccupations des personnels qui souffrent au quotidien dans l’exercice de leurs missions de service public. Ils seraient pourtant en droit d’attendre un ordre du jour ambitieux qui tendrait à leur démontrer que l’administration se préoccupe de cette souffrance dans toutes ses dimensions, qu’elle prend concrètement le virage du changement promis, changement qui ne peut être qu’un slogan ou un postulat électoral mais doit se concrétiser dans le quotidien des personnels pénitentiaires. Jusqu’à présent, il n’y a rien de changé dans leur vie au travail, dans des sites toujours aussi surpeuplés, dans le cadre de relations hiérarchiques toujours aussi autoritaires, sans démocratie, la liste est longue quant au désappointement qui naît.

Les conditions de vie et de travail des personnels continuent de se dégrader, entendez le !

Pas plus tard que Jeudi dernier à l’appel de la CGT Pénitentiaire de la région de Strasbourg, de nombreux personnels se sont mobilisés devant les établissements. Ce n’est qu’un début, une façon de tirer la sonnette d’alarme. Croyez le bien, la CGT saura prendre ses responsabilités, elle n’acceptera pas l’immobilisme politique et les méthodes de gestions archaïques qui vont encore peser sur nos collègues.…

Si le gouvernement et vos équipes ne prennent pas la mesure de l’immense détresse dans laquelle le monde pénitentiaire a été jeté depuis plus de dix ans, ce genre d’action sera forcément amené à être reconduit.

Nous vous demandons de cesser les grandes déclarations d’intention et de passer à l’acte.

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page