Accueil > Communiqués > Nationaux > Déclaration liminaire du CTAP du 22 janvier 2013

Déclaration liminaire du CTAP du 22 janvier 2013

mardi 22 janvier 2013  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Monsieur le président,

Aujourd’hui, la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) renaît de ses cendres sous le nouveau vocable de Modernisation de l’Administration Publique (MAP) et fait craindre de nouvelles rationalisations et restructurations du service public. Dans le même temps, l’acte 3 de la décentralisation laisse planer de grandes suspicions sur de nouvelles répartitions de compétences. Enfin, la circulaire du premier ministre du 14 janvier 2013 prévoit que toute nouvelle dépense ne pourra s’effectuer que si elle correspond à une économie de dépense au sein du même ministère. Un tel postulat budgétaire est loin d’être anodin et ne fait que renforcer la politique d’austérité.

Ces orientations sont très préoccupantes quant aux perspectives pour le service public et les personnels dont les charges de travail sont toujours aussi intolérables et les conditions d’exercice de leurs missions toujours aussi dégradées.
Ce contexte mais également l’ordre du jour de ce Comité Technique de l’Administration Pénitentiaire nous enjoint à placer cette séance sous le signe d’un enjeu primordial de défense du service public. La CGT Pénitentiaire entend porter dans le cadre de cette instance et aussi largement possible un service public digne de ce nom.

En effet, nos inquiétudes trouvent aujourd’hui leur illustration dans une situation très concrète. Ce jour, vous entendez rayer de la carte les antennes de Péronne et d’Abbeville du Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation de la Somme au mépris de toute concertation et des réels besoins de service public sur ces territoires. Le maintien de ces antennes avait été confirmé en avril 2011 par le Garde des Sceaux de l’époque. Qu’à ne cela tienne, la direction interrégionale de Lille (qui devrait plutôt traiter ses problèmes internes – nous faisions ici allusion vous l’aurez compris Monsieur le Directeur à l’inspection suite au harcèlement moral subi par de nombreux agents au sein de la DISP de Lille et dont aucune conclusion n’a trouvé à ce jour de solution concrète) a poursuivi son travail en sous-main pour légitimer son plan de départementalisation des SPIP.
La CGT Pénitentiaire combat de toutes ses forces ces velléités de restructurations du service public et ne laissera pas l’administration pénitentiaire passer en force sur ce sujet.

Encore une fois, la CGT Pénitentiaire dénonce le dialogue social tel qu’il est pratiqué à tous les niveaux au sein de cette administration et attend non sans impatience les conclusions du rapport de la mission sur l’état du dialogue social commandée par la Ministre de la Justice qui doivent être déposées fin février 2013.

Il est par ailleurs nécessaire de ne plus tarder sur la question des organigrammes pour les personnels des établissements pénitentiaires et des SPIP. Aujourd’hui, les organigrammes dans les établissements sont totalement déconnectés de la réalité et même sur des réouvertures pour exemple la maison d’arrêt de Moulins Yzeure, ils sont largement insuffisants. Dans les SPIP, ils n’ont jamais existé. Le manque de lisibilité sur les effectifs nécessaires à un service public de qualité ne fait que corroborer l’absence de renforcement de ces services.

Dans les jours et les semaines à venir des mobilisations au sein de la pénitentiaire et plus largement dans la fonction publique s’organisent afin de dénoncer la faiblesse des salaires, le manque d’effectifs, la défaillance de l’administration sur la pérennisation des agents non titulaires et l’application du jour de carence. La CGT Pénitentiaire prendra toute sa part à ces mobilisations sur des revendications qui trouvent toute leur légitimité et leur point d’ancrage dans le quotidien des personnels. Et ce dès ce vendredi 25 devant le SPIP de Péronne.

Montreuil le 22 janvier 2013

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page