Accueil > Communiqués > Nationaux > Déclaration liminaire du CTAP du 5 novembre 2013

Déclaration liminaire du CTAP du 5 novembre 2013

mardi 5 novembre 2013  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Madame la présidente,

Je ne reviendrais pas ici sur la dégradation des conditions de travail et salariales des personnels pénitentiaires, tant la CGT ne cesse de la dénoncer.
Je limiterais ma déclaration au fait que la CGT Pénitentiaire ne supporte plus la façon dont l’administration traite les personnels et leurs représentants syndicaux. En effet, et plus particulièrement concernant les personnels de surveillance, la méthode qui a prévalu pour les négociations statutaires est scandaleuse.
D’ailleurs si seule une organisation a signé le protocole d’accord, c’est bien significatif d’un échec dans la tenue des discussions.
Aujourd’hui, nous voyons bien, que ce qui nous a été proposé en termes de revalorisation salariale était bien insuffisant.

Même à la fonction publique la réforme actuellement discutée est plus favorable et pourtant elle très en deçà des besoins des fonctionnaires.
La CGT fonction publique a fortement dénoncé ces revalorisations insuffisantes notamment au regard du gel du point d’indice depuis 2010.

Il en ressort, en tout état de cause, que le protocole d’accord signé par l’UFAP est caduque et que vous êtes dans l’obligation de modifier les grilles indiciaires de cet accord.
La CGT Pénitentiaire est donc confortée dans sa position de rejet de ce protocole.
Etant dans une dynamique constructive, la CGT Pénitentiaire pense qu’il est encore temps de travailler une nouvelle réforme réellement ambitieuse. Une telle opportunité ne peut pas à nouveau être gâchée.

Je vous demande la réouverture des négociations qui prendra en compte d’une part la réforme fonction publique catégorie C et d’autre part les besoins particuliers des personnels de surveillance avec un nombre de grade adapté aux besoins du terrain.

Pour finir, lors du dernier CTAP la CGT Pénitentiaire vous avait indiqué qu’un mouvement national pour les libertés syndicales se déroulait le 5 novembre 2013.

Je trouve très irrespectueux de votre part d’avoir convoqué ce CTAP ce jour précis. Il est impératif que vous preniez enfin conscience que le dialogue social est primordial pour améliorer notre service public et qu’il ne peut être une réalité sans un minimum de reconnaissance des organisations syndicales qui représentent les personnels.

Montreuil le 05 novembre 2013

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page