Accueil > Communiqués > Nationaux > Déclaration liminaire du CTM du 20 décembre 2013

Déclaration liminaire du CTM du 20 décembre 2013

vendredi 20 décembre 2013  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Ce dernier C.T. Ministériel vient clore une année bien terne, l’ordre du jour restreint indique évidemment qu’il s’agit là de remplir l’obligation minimale faite à l’administration d’en réunir 3 par an...

Certes, 2013 aura permis de renouveler les cadres, ce qui s’est fait bien tardivement, certains ont pu poursuivre la politique de la droite sans états d’âme...Cette situation aura surtout ralenti toutes les décisions qui auraient pu montrer aux agents qu’un changement était à l’œuvre...

Nous le voyons avec le rapport Lacambre sur la refonte du dialogue social qui serait, paraît-il, promis à un avenir en 2014, nous attendons vos propositions...

Nous le voyons avec le rapport sur les C.E.F. qui aura eu un accouchement difficile, ouvre une deuxième phase de discussions sur l’évolution de ces structures, laquelle va durer encore quelques mois, alors que tout le monde attend des décisions sur l’hébergement P.J.J.

Nous le voyons aussi avec un projet de loi sur la récidive, qui ne reprend quasiment rien de la conférence de consensus et qui est encalminé dans un parcours parlementaire incertain... En cette fin d’année, des groupes de travail se mettent en place à l’administration pénitentiaire, en marge de ce projet de réforme pénale sur les métiers dans les SPIP. Encore une fois, l’association des personnels de terrain n’est que de pure forme.
Par ailleurs, si le but poursuivi, comme nous le pressentons, est de construire un Diagnostic à Visée Criminologique nouvelle version, cela ne répondra en rien aux réelles besoins et attentes de ces services. Il est plus que temps de tirer les enseignements véritables de l’échec du D.A.V.C., de reconnaître un ratio de prises en charge, d’abandonner la pré-affectation des C.P.I.P… Ces questions sont pour la C.G.T. un préalable indispensable !
Alors, disons le tout net, si la réforme de l’ordonnance de 45 doit être menée de la même manière, vu le courage politique de notre Président et de son premier ministre, nous pensons qu’il faut vraiment envisager un plan B... La C.G.T. ne se satisfera pas d’un texte minimaliste abrogeant le tribunal correctionnel des mineurs, remontant l’âge des poursuites pénales à 13 ans, mais ne revenant pas sur la réponse immédiate qui reste contraire au temps nécessaire à l’éducation, à l’insertion sociale et professionnelle et à la construction de la personnalité. Nous n’avons aucune envie de servir de marche-pied au conservatisme et à la réaction en raison d’un projet mal ficelé.

Alors, pour 2014, nous attendons de ce gouvernement un certain nombre de choses :

Une augmentation des salaires ! Depuis l’an 2000, les fonctionnaires ont perdu 15% de leur pouvoir d’achat. Les personnels de catégorie C perdent chaque mois plus de 200 euros, c’est plus de 300 pour le B et plus de 450 euros en A...
Vous comprendrez que dans ce cadre, nous sommes fondés à demander la fin de l’échelle 3, la plus mal payée, et une véritable remise à plat des grilles indiciaires pour que ces personnels ne stagnent pas au SMIC pendant 10 ans...
Vous comprendrez que nous ne nous satisfaisons pas de primettes, soumises à trop d’aléas et liées au climat délétère de la vie ordinaire de l’administration et surtout qui n’entrent pas dans le calcul des pensions de retraite...

Une amélioration des statuts ! La filière sociale attend depuis 1991 son passage en catégorie A, tous les jours les ministres de ce gouvernement nous expliquent combien ces métiers sont compliqués en période de crise et qu’ils seraient les pièces maîtresses du lien social... On ne se paie plus de mots ! Il faut la reconnaissance des diplômes et des statuts...
La C.G.T. n’a pas dit son dernier mot concernant la contre réforme du statut des psychologues ; la remise en cause pour ces personnels du temps dédié à la formation et à la recherche entame sérieusement le crédit que nous pouvons faire à la direction de la P.J.J. et au secrétariat général qui prépare un corps interministériel.

Des garanties pour les A.N.T. ! On a pressé le citron, on peut jeter la peau... C’est hélas la stratégie de l’administration dans trop de situations, notamment celles qui se sont mises dans l’illégalité en recrutant massivement des personnels de catégories B et C, ce qui concerne la P.J.J. en première ligne mais aussi les services judiciaires avec, à nouveau, des recrutements vacataires de longue durée depuis 2010. Puisque cette administration s’est mise toute seule dans la nasse, c’est à elle de trouver des solutions adaptées qui permettent de conserver les agents qui font tourner la boutique.

Concernant les services judiciaires, nous avions exposé un certain nombre de points à l’occasion du C.T. Ministériel du 25 novembre dernier, notamment concernant les groupes de travail sur la justice du 21ème siècle. Depuis lors, les rapports ont été déposés, nous maintenons les réserves formulées et attendons maintenant les suites qui seront donnés à ces travaux.

Les CIGEM, parlons en ! Les C.A.P. interministérielles qui viennent de se tenir pour la filière sociale sont la démonstration que plus on parle de dialogue social, moins on en fait... avoir un président de C.A.P. eunuque, qui ne peut rien décider parce qu’il a des consignes de tel ou tel ministère, ne permet plus aucun dialogue réel. Soit ces C.A.P. deviennent vraiment interministérielles, tous les agents sont traités à égalité et il reste des espaces pour prendre en compte l’avis des représentants des personnels ; soit il ne s’agit que de chambres d’enregistrement où les ministères se renvoient la balle des responsabilités sans aucun respect des personnels. C’est ce que nous venons de vivre et cela remet en cause sérieusement notre positionnement sur les corps interministériels.

Des conditions de travail acceptables ! Le temps de l’observation des conditions de travail est passé, celui de l’amélioration est venu. Il ne suffit plus de se lamenter sur l’absentéisme, les arrêts de travail des agents, il faut faire cesser les âneries pseudo modernes du Lean management, de la pression du chiffre, de la statistique tueuse d’emplois...

Dans les établissement pénitentiaires et services, les tensions sont fortes, les personnels pénitentiaires sont toujours en attente d’un réel changement dans leur vie quotidienne. Ils voient leurs conditions de travail et de vie se dégrader jour après jour, une perte de sens de leurs métiers. Vous n’êtes pas sans savoir, Madame la ministre, que les personnels de surveillance sont victimes d’agressions quasiment chaque semaine ; nous réclamons une vraie sécurité pour tous et très vite.
Si l’annonce du plan sécurité dans les établissements pénitentiaires est une avancée, la C.G.T. ne peut se satisfaire de sa mise en œuvre. Trop parmi nos collègues sont actuellement en arrêt de travail suite à différentes agressions, à un épuisement professionnel. Les seules réponses de l’administration pénitentiaire sont des contrôles médicaux afin que les agents puissent reprendre leurs services au plus vite, c’est scandaleux et inacceptable !!!
Si le taux d’absentéisme dans cette administration atteint des records, c’est bel et bien qu’il y a une vraie souffrance au travail. N’êtes-vous pas la garante du bien-être des personnels de ce ministère ? Pour la C.G.T., au vu des graves agressions qui ont bien failli coûter la vie à nos collègues, nous affirmons et demandons de prendre acte que nous sommes contre l’arrêt des fouilles à corps tant que les moyens matériels ne seront pas véritablement mis en place. Les personnels ne doivent pas perdre leurs vies à vouloir la gagner !!!
Nous avons aussi pris connaissance de l’arbitrage du premier ministre sur les 1.200 emplois qui seront transférés du ministère de l’intérieur pour les missions d’extractions judiciaires. Vous ne serez pas étonnée que la C.G.T. ne soit pas satisfaite de cet arbitrage, car nous savons pertinemment que ces 1.200 emplois ne couvriront pas les besoins de chaque région administrative et que l’administration pénitentiaire n’hésitera pas à découvrir des postes dans les détentions, où il y a déjà un manque d’effectif criant, pour honorer les besoins pour ces nouvelles missions. La C.G.T. continuera à s’opposer à ce genre de pratiques qui aggravent les conditions de travail des personnels. La diversification de nos missions de service public est portée par certains comme un symbole. Les extractions judiciaires et médicales, pudiquement qualifiées de « nouvelles missions » pénitentiaires, devaient, à grand renfort d’assermentations et autres faux-semblants, incarner l’évolution valorisante et hypocrite d’une pénitentiaire présentée comme étant la troisième force de sécurité publique.
Pourtant, dans la réalité, la pénitentiaire hérite de missions aussi contraignantes que rébarbatives et dangereuses, dont les syndicats de police se flattent par ailleurs de s’être débarrassés. La C.G.T. dénonce toujours, en toute responsabilité, une dérive contraire à nos vocations et à notre savoir-faire. Selon nous, les pénitentiaires n’ont pas compétence à se substituer aux forces de l’ordre. Quel que soit le type d’extraction, la C.G.T. demande que les escortes soient prises en charge par la police ou la gendarmerie.
Nous pourrions continuer longtemps tant la liste est longue. Mais voilà, comme nous n’attendons plus rien du Père Noël qui a atteint l’âge prendre sa retraite et qui ne veut pas laisser sa place aux jeunes, nous préférerons faire vivre la parole de Nelson Mandela, que la C.G.T. est fière d’avoir soutenu dès les années 60 et qui portait ce message en 1996 :

Chômage, migrations de masse , dislocations sociales sont des défis énormes.
Confrontés à eux, les jeunes peuvent se laisser aller à la démoralisation, au désespoir et à la colère dirigés contre toutes choses et tous les autres : les parents, les gens d’origines sociales et ethniques différentes.
Mais les jeunes peuvent aussi refuser de succomber au désespoir.
Vous pouvez dire non à l’intolérance. Vous pouvez, vous devez prendre en charge la responsabilité de changer le monde et d’améliorer le sort de tous les peuples...L’avenir est entre vos mains...

Avec les jeunes, les salariés, les privées d’emplois et les retraités de ce pays, nous sommes prêt à changer le monde ! C’est ce que nous pouvons souhaiter de meilleur à tout et à chacun pour 2014..

Montreuil le 20 Décembre 2013

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page