Accueil > Communiqués > Régionaux > EPM d’Orvault : Tentative de prise d’otage Et grave (...)

EPM d’Orvault : Tentative de prise d’otage Et grave agression sur une surveillante !

lundi 7 juillet 2014  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Dimanche 6 juillet 2014, a eu lieu une tentative de prise d’otage et une grave agression à l’encontre d’une collègue surveillante de l’EPM d’Orvault.

Les faits : Vers 16h30, un détenu mineur qui s’était rendu à la buanderie demande à la surveillante de l’unité la possibilité de téléphoner. La collègue accepte puis continue son travail et va ouvrir la porte d’un autre détenu (jeune majeur) qui l’appelait. C’est alors que le premier la pousse violemment dans le dos afin de la faire entrer en cellule, tandis que le second la tire par le bras et lui vole son système de communication MOTOROLA qui fait office d’alarme. Se débattant farouchement, la collègue réussit à sortir de la cellule et se retrouve dans le couloir où l’un des agresseurs lui subtilise ses clefs sous la menace d’une arme blanche, en découpant la dragonne sur laquelle elles étaient attachées. Les détenus ouvrent ensuite deux autres portes de cellules, libérant deux autres détenus dont un refuse de participer à cette prise d’otage. Privée d’alarme, la surveillante se met alors à crier, parvient à utiliser son sifflet à deux reprises et tape sur les cloisons pour lancer l’alerte.

Puis, profitant d’une tergiversation des détenus, la collègue arrive à récupérer de son MOTOROLA et à donner l’alarme. L’équipe d’intervention est arrivée rapidement et a réintégré les détenus.

Cette tentative de prise d’otage s’inscrit à l’EPM d’Orvault sur fond d’un manque d’effectif chronique : Alors que la règle le prévoit, la collègue n’était assistée ce jour là d’aucun binôme éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). Avec ce soutien, l’incident n’aurait pas
eu lieu. A l’heure où les collègues surveillants de l’EPM ont fait 8500 heures supplémentaires en 2013, la direction de la PJJ doit rendre des comptes !

Les 8500 heures sup faites représentent 6 agents qui manquent à temps plein dans cet établissement, collègues qui font défaut au quotidien pour assurer l’ensemble des missions. A cela s’ajoute 4 surveillants qui n’ont pas été remplacés, 1 agent en détachement, 1 congé maladie grave et 4 en arrêt de travail. C’est dans ce contexte périlleux qu’à effectif constant, l’administration entend vouloir ouvrir
une sixième unité de vie : c’est scandaleux et inacceptable en l’état, cela va peser gravement sur les rythmes de travail des collègues, leur santé et concourir à augmenter une insécurité quotidienne !

C’est pourquoi un mouvement de protestation aura lieu mercredi 9 juillet à l’intérieur de l’établissement. La CGT soutient sans réserve les collègues de l’EPM d’Orvault. Elle va saisir immédiatement la direction de l’administration pénitentiaire afin d’exiger un plan d’emplois
d’urgence sur ce site et demander la non ouverture de la sixième unité.

Enfin, la CGT soutient sa collègue victime de cette lâche agression et tentative de prise d’otage. Elle félicite les collègues au niveau local et leurs syndicats qui l’ont immédiatement entouré. Elle appelle l’administration et les services judiciaires à la plus grande fermeté à l’encontre des agresseurs.

Nantes, le 7 juillet 2014

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page