Accueil > Communiqués > Nationaux > Echo des luttes….luttes en échos ! Après la manif du 1er (...)

Echo des luttes….luttes en échos ! Après la manif du 1er mai : une réussite syndicale, la lutte continue !

mercredi 2 mai 2012  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Les manifestations syndicales unitaires (ou presque) organisées sur le territoire français ont réunies plus de 750 000 personnes.

Comme le déclare notre belle, rebelle, unitaire, pertinente et historiquement engagée CGT : « C’est l’attachement aux valeurs de progrès social et de solidarité entre les travailleurs qui ont encore une fois prévalu devant le danger des divisions et des politiques antisociales. A l’évidence l’analyse et les critiques de la CGT du bilan du Président Sarkozy ont marqué l’opinion publique et nos dix exigences pour sortir de la crise doivent guider maintenant les politiques économiques et sociales. »

La CGT Pénitentiaire n’était pas en reste, et ses syndiqués et sympathisants ont défilé hardiment en Outre-mer, en Province et à Paris dans la vague rouge. Les sections de la CGT Pénitentiaire investies dans cette journée internationale revendicative peuvent se féliciter de la réussite de ce premier mai 2012. Mais les personnels pénitentiaires Cégétistes en lutte avec leurs collègues, peuvent aussi se féliciter de leur engagement sans faille dans leurs combats actuels pour de meilleures conditions de travail, un meilleur salaire, une revalorisation statutaire, une réflexion sur le sens des métiers, l’abrogation du DAVC et l’augmentation des effectifs dans notre administration.

En Belgique et en Grèce nos camarades et collègues personnels pénitentiaires sont aussi en lutte pour, entre autres, de meilleures conditions de travail et l’arrêt de la surpopulation pénale. Si la CGT Pénitentiaire leur a déjà apporté son soutien, elle leur rappelle sa solidarité totale et internationaliste au lendemain du 1er mai 2012.

Elle invite les personnels pénitentiaires du territoire français qui sont « au combat revendicatif » à se rappeler que leur lutte s’inscrit dans la perspective de revendications européennes et qu’ici comme ailleurs nos souffrances ne sont que le fruit de politiques économiques, sociales et pénales agressives réalisées par nos gouvernements et bien renforcées par le pacte Sarkozy-Merkel.

La CGT Pénitentiaire exige encore une fois que les pouvoirs publics et le gouvernement cessent de répondre aux demandes de dialogue social par le refus de parole, le mépris et la violence. Ces comportements contre-démocratiques sont pourtant les agissements du ministre de la Justice et avec lui du gouvernement actuel ce qui a conduit la CGT Pénitentiaire à rompre toute participation aux réunions officielles.

Nous ne saurions accepter que les « travailleurs de l’ombre » en légitime combat revendicatif pour contrer leurs souffrances du travail, deviennent les victimes d’un gouvernement patron pour lequel la parole n’a plus de sens et qui ne sait répondre que par des attitudes de violence !

Montreuil, le 2 mai 2012.

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page