Accueil > Communiqués > Nationaux > Élections professionnelles : L’UFAP veut rester maître à (...)

Élections professionnelles : L’UFAP veut rester maître à bord !

vendredi 22 avril 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 65.9 ko
Élections professionnelles : L’UFAP veut rester maître à bord !

Le CTPAP qui s’est déroulé hier à la DAP, montre une nouvelle fois à quel point l’UFAP peut mépriser la filière des SPIP, et « les petits syndicats ».

A l’ordre du jour de ce CTPAP, nous avions à analyser la circulaire sur la création de Comités Techniques dans l’Administration Pénitentiaire, en prévision des élections professionnelles et de la nouvelle nomenclature des instances de dialogue social.

La CGT Pénitentiaire a proposé deux amendements :

1) Maintenir un Comité Technique Spécial des Services Pénitentiaires d’Insertion et de Probation.

Pour cette filière, maintenir ce CT, garantissait un dialogue social spécifique au niveau de la DAP, pour l’ensemble des personnels des SPIP. La seconde conséquence du maintien de ce CT était la garantie pour « les petits syndicats » comme le dit l’UFAP, de pouvoir siéger.

Notre amendement a été rejeté par l’UFAP qui a voté contre. Ainsi, l’UFAP fait disparaître d’une part le Comité Technique Spécial des SPIP si cher aux personnels concernés, et surtout fait disparaître de toutes instances de dialogue social au niveau de la DAP, les syndicats qui représentaient une partie de la filière.

2) Passer le nombre de représentants dans les Comités Techniques Interrégionaux à 10 au lieu de 6.

Ici encore, sans surprise, l’UFAP a voté contre. Bien évidemment, pour eux, le spectre de voir rentrer dans les instances interrégionales, ces « fameux petits syndicats », est insupportable. Ainsi, par ces deux votes de l’UFAP, nos deux amendements ont été rejetés. Si l’UFAP avait voté pour, ils auraient été adoptés puisqu’au moment du vote, l’administration avait un membre de moins que les OS. Ils sont ainsi pleinement responsables de toutes ces conséquences. Par leur vote, ils enlèvent pratiquement toute possibilité à des syndicats dit minoritaires, d’être représentés au niveau interrégional, et a fortiori au niveau national. Ainsi, ils ont la garantie qu’à part la CGT et FO, aucune autre OS ne pourra venir trop les contrarier dans les CT. Belle idée de la démocratie !

Ce n’est pas notre position, car nous pensons à l’UGSP CGT qu’il est normal que puissent êtres
présents des syndicats, certes minoritaires, mais qui représentent cependant une partie, aussi infime
soit-elle, des personnels de tout corps. C’est pour cette raison que la CGT a proposé ces deux
amendements. Nous estimons que l’UFAP, par ces deux votes, a fait preuve d’un manque certain
d’objectivité, et avons bien compris que pour eux, les élections seraient impitoyables, au risque même
de mépriser toute une filière professionnelle, telle que les SPIP ou de faire disparaître du paysage
pénitentiaire une partie des « petits syndicats ».

Nous ne pensons pas qu’il soit bon de vouloir régner seul, en maître. Les personnels sont de sensibilités syndicales différentes, et il nous semblait important que tous puissent se voir représentés. Et bien l’UFAP en a décidé autrement, et après les élections, par leurs rejets de nos deux amendements, nous assisterons ainsi à la disparition totale de certains syndicats.

Bel esprit !!

Montreuil, le 21 avril 2011

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page