Accueil > Communiqués > Nationaux > Expression de la Commission Exécutive Nationale : (...)

Expression de la Commission Exécutive Nationale : Mobilisation des personnels : Des négociations, pas des sanctions !!

mardi 30 novembre 2010  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 26.9 ko
Expression de la Commission Exécutive Nationale : Mobilisation des personnels : Des négociations, pas des sanctions !!

La Commission Exécutive Nationale de la CGT Pénitentiaire s’est réunie le 30 novembre 2010.
Les militants qui la composent ont procédé à une analyse du mouvement multicatégoriel de riposte à l’annonce du budget 2011.

La CEN
se félicite de la mobilisation dans un contexte unitaire compliqué et face à un gouvernement intransigeant, sourd aux revendications des personnels et poursuivant le démantèlement du service public pénitentiaire.

Face aux charges de travail croissantes, au déficit d’emplois dans tous les corps, aux questions liées aux restructurations, aux difficultés financières de nos collègues, …il était de la responsabilité syndicale et notamment de la CGT d’initier un tel conflit.

Face à ces revendications, en lieu et place de la négociation et du dialogue social, le gouvernement choisit la voie du pourrissement, de la division syndicale et de la fermeté.

C’est ainsi que d’une manière scandaleuse et abusive, le Directeur de l’Administration Pénitentiaire vient de sanctionner 4 surveillants de Fresnes de 2 jours d’exclusion pour 3 d’entre eux et 2 jours d’exclusion avec sursis pour le 4ème.
A Fleury, un collègue s’est également vu infliger 2 jours d’exclusion.

Les membres de la CEN de la CGT Pénitentiaire jugent inadmissible cette pratique rétrograde, conséquence du statut spécial qui consiste à sanctionner les personnels hors garantie collective.

Par ces sanctions, le Directeur de l’Administration Pénitentiaire indique clairement son mépris des personnels.

Les membres de la CEN de la CGT Pénitentiaire en appellent à l’arbitrage du nouveau Ministre, et exigent la levée des sanctions.
Il ne peut faire perdurer le silence et manier la sanction. Il doit entendre le malaise que traverse l’institution et y répondre par l’ouverture de négociations.
Les militants CGT jugeront son action sur pièces.

Si le dialogue social lui est fondamental, monsieur Mercier doit dans un premier acte lever l’ensemble des sanctions.

La Commission Exécutive nationale

Montreuil, le 30 novembre 2010

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page