Accueil > Communiqués > Nationaux > Extractions judiciaires Point d’étape

Extractions judiciaires Point d’étape

mercredi 16 octobre 2013  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Ce vendredi 11 octobre 2013, l’Administration et les syndicats se sont réunis dans le cadre de la troisième réunion du comité de suivi des Extractions Judiciaires.

En avant-propos, la CGT Pénitentiaire a tenu à évoquer les points suivants :

• Le statut des personnels des extractions judiciaires

• La problématique de la pose et dépose des armes

• La disparité de fonctionnement pour les agents armés sur la voie publique

• Les difficultés des rapports hiérarchiques dans les ARPEJ

• La prise en compte de la comptabilisation des heures de travail (7h10 au lieu de 6h00)

A l’ordre du jour était prévu un retour sur le rapport d’inspection de 2012 par les différentes inspections sur la mise en place de cette nouvelle mission.
En résumé, même si l’Inspection des Services Judicaires considère que les personnels pénitentiaires exercent mieux ces missions que les forces de police ou de gendarmerie, l’Inspection Générale des Finances considère pour autant que les moyens sont trop onéreux.
Des préconisations ont été faites par les inspections : réduire certaines missions de 3 à 2 agents et décharger ces missions sur certains petits établissements afin de réduire le coût.

La CGT Pénitentiaire estime que ce rapport a une vision purement économique et budgétaire, ignore la réalité des professionnels et des métiers, il occulte les difficultés et la sécurité des personnels et des citoyens.

En tout état de cause, l’Administration a deux années de retard sur le programme de déploiement total de par les restrictions budgétaires et les problèmes de transferts d’emploi entre les Ministères de l’Intérieur et de la Justice.

L’Administration, une fois de plus, après nous avoir fourni une douzaine de graphiques très disparates, se trouve étonnement plutôt satisfaite des résultats en matière de missions effectuées. Elle s’inquiète sur le délai de prévenance qui reste selon elle à améliorer.

Il a été révélé des pratiques de management très hétérogènes entre les différentes Directions Interrégionales. L’Administration va consulter les Directions Interrégionales puis les organisations syndicales afin d’établir une nouvelle charte des temps.

La prochaine réunion devrait avoir lieu entre fin novembre et début décembre.
Une réunion distincte sera aussi organisée rapidement sur les thématiques des conditions de travail : véhicules, uniformes.

La CGT Pénitentiaireconstate que même après deux ans l’Administration pénitentiaire est toujours dans le tâtonnement et cela va encore malheureusement durer.

La CGT Pénitentiaire reste vigilante à toute généralisation de ces pratiques et met en garde contre toute tentative qui impacterait encore plus les missions et les établissements pénitentiaires.

Montreuil, le 16 octobre 2013

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page