Accueil > Communiqués > Nationaux > Extractions médicales, ce qui devait arriver, arriva (...)

Extractions médicales, ce qui devait arriver, arriva !!!!!

lundi 14 septembre 2015  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Ce jour en fin de matinée, trois collègues avaient pour mission, d’extraire un détenu au centre hospitalier du Kremlin Bicêtre. Ce que nous cessions de dénoncer, arriva, des individus attendaient le détenu à la sortie du centre hospitalier avec des armes à la main pour lui permettre de s’évader.

Ce fut un moment atroce pour nos collègues qui se sont retrouvés menacés par les armes et aspergés par des gaz lacrymogènes. Le drame a été évité de justesse.
La CGT pénitentiaire apporte tous son soutien et souhaite un prompt rétablissement aux agents très affectés par cette tragédie.

Le CP Fresnes est confronté massivement à la multiplication en tout genre du nombre des extractions médicales.

Depuis des années, la CGT pénitentiaire n’a cessé de dénoncer et de combattre cette problématique de prise en charge des extractions médicales.

Lors du quinquennat précèdent, nous savions très bien que la promesse qui avait été faite aux forces de l’ordre de les débarrasser des extractions médicales et judiciaires et de transmettre cette mission à l’administration pénitentiaire se ferait sans moyens supplémentaires.

Toute mission de service public accomplie sur la voix publique, doit être exercée par les forces de l’ordre (police, gendarmerie).Nous devons donc tous exiger le retrait de cette mission.

Jusqu’à quand, le ministère va fermer les yeux ? La population pénale sait très bien que l’extraction médicale est la seule solution de pouvoir s’évader aisément et sans se confronter aux forces de l’ordre. Il est indéniable que si aucune mesure concrète n’est prise, l’administration pénitentiaire devra faire face à des décès parmi ses personnels.

Les restrictions budgétaires ne doit en aucun se traduire par des mises en danger de la vie des agents. Nos missions principales sont la garde et la réinsertion des personnes placées sous main de justice au sein des établissements pénitentiaires et non à l’extérieur.

Le ministère de la justice doit cesser de se coucher devant les ministères de l’économie et des finances.

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page