Accueil > Communiqués > Nationaux > Fermeture des antennes SPIP : Une première victoire

Fermeture des antennes SPIP : Une première victoire

mardi 12 février 2013  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Suite au vote unanime des trois organisations représentatives (CGT Pénitentiaire, FO et UFAP) contre l’arrêté de fermeture des antennes de la Somme (Abbeville et Péronne) en CTAP le 22 janvier 2013, une réunion dite de « concertation » s’est tenue le 11 février 2013.

Dans les sous-sols de la rue du Renard, cette réunion commençait déjà très mal.
Animée par le sous-directeur de la direction PMJ, cette réunion prenait le pas d’une réunion « technique » lors de laquelle le directeur inter-régional de Lille allait nous expliquer les motivations du projet de « réorganisation » et les modalités d’accompagnement des agents dans le cadre de cette restructuration, avec pour seul représentant de la sous-direction des ressources humaines, un membre du bureau RH1.

La CGT Pénitentiaire a dû taper du poing sur la table et exiger la présence du directeur de l’administration pénitentiaire et de la sous-direction RH.
La forme étant un peu plus acceptable, l’espoir d’une réelle réunion de concertation ne nous a néanmoins pas animés très longtemps.

Pour justifier la reprise de ce projet malgré la décision ministérielle d’avril 2011, la DI de Lille et la DAP ont un argument choc : le ministre de la justice n’est plus le même alors la décision ne tient plus !!! Quelle honte !
Rappelons que la CGT Pénitentiaire a saisi la ministre dès son arrivée sur ce dossier et que tout récemment son cabinet s’est ré-emparé du dossier. Sachez madame la Ministre que vos décisions n’ont aucune valeur. Aussitôt vos talons tournés, la DAP continuera de n’en faire qu’à sa tête !

La CGT Pénitentiaire a dénoncé ce projet qui procède à la casse du service public. Cette vision est également partagée par les élus locaux qui ont saisi la ministre.

Ce type de projet de départementalisation a pour objectif la mutualisation des moyens et la flexibilité accrue des personnels. Il implique forcément des réorganisations de service, voire des désorganisations de service.

La CGT Pénitentiaire dont les représentants du CTAP étaient convoqués pour le 19 février 2013 sur l’examen d’un texte à l’identique a exigé de la DAP et du Ministère un arbitrage politique. Ce jour, il nous a été confirmé officiellement que ce point est retiré de l’ordre du jour du CTAP sur demande expresse du cabinet de la Garde des Sceaux.

La CGT Pénitentiaire se félicite de cette décision, et continuera à rester très vigilante sur cette question. Le projet est entre parenthèses mais jusqu’à quand ?! Quelles solutions vont être proposées pour le maintien de ces antennes ?!
Malgré le déni de la DAP, d’autres projets sont à l’œuvre : la lutte a repris sur l’antenne de Lure à ce sujet. Dans toutes les régions, les camarades de la CGT Pénitentiaire ont largement exprimé leur soutien en ce début de semaine. Cette situation est loin d’être isolée, d’autres services publics comme la PJJ connaissent très bien ce type de procédé.

SIGNEZ LA PETITION ET FAITES LA SIGNER AUTOUR DE VOUS ! FAISONS ENTENDRE NOTRE VOIX ET NOTRE VISION DU SERVICE PUBLIC !

Montreuil, le 12 février 2013

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page