Accueil > Communiqués > Nationaux > Fidélisation des stagiaires : Ça se fera sans doute À (...)

Fidélisation des stagiaires : Ça se fera sans doute À coup de primes !!

jeudi 29 janvier 2015  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Françoise MOTHES, haute magistrat placée à l’inspection des services judiciaires, s’est vue confiée une mission par la Ministre de la Justice. Elle doit rendre un rapport sur la fidélisation des stagiaires sur leur première affectation.
Elle a reçu la CGT, il y a peu, pour connaitre son point de vue. Cette thématique avait été évoquée à l’occasion des négociations concernant la réforme statutaire et indemnitaire (protocole d’accord 2013). Elle avait été sortie par la porte mais elle revient par la fenêtre. Cette idée est très ancienne et revient périodiquement sur le tapis mais là, visiblement, la DAP entend aboutir.
Si rien n’est encore joué, on se dirige apparemment vers un système type Police, de blocage des collègues stagiaires sur une période donnée contre l’octroi d’une indemnité. Aucun taux n’a été avancé mais cela semble la seule piste qui sera explorée par nos dirigeants.
Cette réunion a failli être de courte durée car partie sur cette base, la CGT a fait remarquer d’emblée qu’elle ne voyait pas trop pourquoi elle était convoquée si le but était de proposer une somme qui serait une contrepartie « acceptable ». La CGT a développé les points suivants qui nous semblent être au cœur de toute fidélisation : - Même si l’administration passe en force et qu’une contrepartie financière est trouvée, la CGT estime que malgré cela, la revendication instantanée de la part des collègues consistera à demander le droit immédiat à muter !

- Même si une somme d’agent peut paraître attractive, la situation des établissements parisiens par exemple et de ses personnels, fait que la grande majorité des collègues n’aspire qu’à renter dans leur région ou ville d’origine.

- Pour la CGT, fidéliser un collègue passe par un plus grand intérêt de ce collègue à ses missions, lesquelles, au regard des détentions surchargées, deviennent illisibles et rendent les conditions de travail inacceptables.

- Pour la CGT, autour des missions, la question de l’emploi est aussi un élément essentiel, tout comme l’est la question des rémunérations en lien avec l’accès aux logements des jeunes collègues, etc.

- Mais même dans un cadre de travail plus acceptable, au nom de quoi serait refusée une mutation à un collègue pendant plusieurs années ? Et double peine le cas échéant : on risque de fidéliser des collègues stagiaires qui ne pourront pas muter sur un laps de temps tandis qu’on proposera fatalement des postes attractifs dès la sortie d’école ?
Si la question des primes peut paraître une solution pour la DAP, ce n’est pas le cas pour la CGT. Des solutions comparables ont existé par le passé pour fidéliser des collègues sur des types d’établissements et ça ne changeait rien à l’affaire : nos collègues voulaient muter.
Quitte à travailler dans de mauvaises conditions, autant le faire chez soit ! Il n’y a pas scandale en la matière et plutôt que de chercher des biais, la DAP ferait mieux de se pencher sur les causes qui conduisent les collègues à vouloir partir et y répondre de manière plus constructive.

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page