Accueil > Communiqués > Régionaux > Future maison d’arrêt de Nantes : 20% de places (...)

Future maison d’arrêt de Nantes : 20% de places supplémentaires avant l’ouverture !

lundi 3 octobre 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

La future maison d’arrêt de Nantes ouvrira en mai 2012 (établissement confié à l’administration
pénitentiaire en décembre 2011).

Elle a été initialement prévue et conçue pour accueillir 510 détenus (420 au quartier des hommes – 40 au quartier des femmes – 30 au quartier d’accueil et 20 au SMPR, le service médico psychologique).

La CGT vient d’apprendre que la direction de l’administration pénitentiaire a demandé au constructeur d’augmenter d’emblée de 20% la capacité d’accueil de cet établissement. A l’heure où la CGT écrit ces lignes, le constructeur, en lien avec l’administration pénitentiaire, réfléchit au doublement d’un certain nombre de cellules, essentiellement sur les quartiers hommes – femmes et accueil arrivants.

20% de détenus supplémentaires représentent une centaine de détenus supplémentaires ! Ce qui porterait l’effectif théorique de l’établissement à 620.

C’est clairement pour la CGT une mauvaise nouvelle dans un établissement dont la structure, quasi identique à celle de Rennes ou Le Mans, est d’ores et déjà contestée, tant par les personnels que par
la population pénale.

Pour la CGT, la volonté politique de ce gouvernement de privilégier de tout carcéral, s’appuyant avec démagogie sur des affaires telles que celle de PORNIC, se concrétise un peu plus. Nous constatons clairement une hausse des incarcérations. Le pouvoir politique a fragilisé la chaîne pénale, tout est fait pour privilégier la prison en lieu et place d’alternatives efficaces sur lesquelles ce gouvernement ne souhaite pas mettre de moyens supplémentaires pour mieux les décrédibiliser.

Cela sonne comme une évidence pour les juridictions de Nantes et Saint-Nazaire : il y a des places
en plus : incarcérez !

Quid des annonces généreuses de la loi pénitentiaire au travers de l’encellulement individuel ?

Quid des beaux discours sur la création de places de prisons pour désencombrer les établissements surpeuplés ?

C’est également une mauvaise nouvelle pour l’ensemble des personnels pénitentiaires Nantais qui eux, ne seront pas 20 % de plus.

Par cette façon de faire, le gouvernement plombe d’emblée ce futur établissement. Les places
supplémentaires ne manqueront pas d’être rapidement remplies, générant ainsi les problèmes
connus liés à la surpopulation pénale.

Nantes, le 3 octobre 2011

Contact presse : Alexis GRANDHAIE : 06 20 74 87 78

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page