Accueil > Communiqués > Activité Outre-Mer > GENOCIDE SOCIAL AU CENTRE PENITENTIAIRE DE MAJICAVO

GENOCIDE SOCIAL AU CENTRE PENITENTIAIRE DE MAJICAVO

jeudi 29 octobre 2015  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Hier 28 octobre 2015, les notifications des sanctions ont été signées par les agents qui tenaient leurspostes au Centre Pénitentiaire de Majicavo. Les notifications ayant un effet immédiat, ces agents
notifiés ont donc quitté leurs postes de travail pour rentrer chez eux. A en croire la direction, il n’y aura pas d’ouverture le 02 novembre 2015 comme prévu. INTOX ou INFO ?
De par ces notifications la Direction Interrégionale et la direction de l’Administration Pénitentiaire ont décidé de saborder leur propre navire, parmi les 19 agents mis à pied, certains d’entre eux devraient faire la nuit aujourd’hui. Comment trouver des remplaçants, tout en sachant qu’une équipe de 11 personnels est en congé ce jour, et d’autres en congé maladie ? Une décision qui paralyse l’établissement et le met en danger, plus que le mouvement social lui même. Au moment ou toute la France parle de dialogue social, certains se permettent encore de sanctionner et
de licencier à tour de bras.
La demande de l’intersyndicale est légitime et notre administration de tutelle se borne toujours à essayer de toujours museler les syndicalistes. Résultat des courses : sanctions disciplinaires et décisions administratives qui engendrent un taux d’absentéisme important.
Pour soit-disant maintenir le dialogue social, les délégués du personnel du Centre Pénitentiaire de Majicavo n’ont pas été sanctionnés, parce qu’ils étaient en détachement syndical.
Qui a établi cette liste et sur quelle critères s’est basée la Directrice de l’Administration Pénitentiaire pour sanctionner les collègues qui ont été empêchés de rentrer travailler ?
Certains étaient en repos, descente de nuit, d’autres en congé annuel et hors département.
Encore un tissu de mensonges qui est fait pour enfoncer le personnel, tous corps confondus.
Ils vous ont encore menti en vous communiquant cette liste car il y avait plus de 50 personnels
devant l’établissement. Pourquoi ce tri et qui profite le crime ?
Que l’Administration se dise que le personnel du Centre Pénitentiaire de Majicavo n’abdiquera pas sous la pression de sanctions collectives et des insultes de ses subordonnés. Madame GORCE Isabelle aura à revoir sa copie car, toutes les notifications feront l’objet d’une saisine près le Tribunal Administratif de Mamoudzou. Il est à noter que les collègues ayant pris connaissance des sanctions, ont tous refusé de les signer, parce qu’ils sont tout simplement des boucs émissaires pour
donner l’exemple à d’autres qui tenteraient de faire pareil mouvement.

Chers collègues l’intersyndicalevous demande de tenir bon, elle ne lâchera rien du tout et ira au bout de ce combat.

 - PDF 118 ko 29 octobre 2015, PDF 118 ko
Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page