Accueil > Communiqués > Nationaux > Heures Supplémentaires : Et on ré-ouvre la Chasse (...)

Heures Supplémentaires : Et on ré-ouvre la Chasse ?!!

vendredi 5 août 2016  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Après une première attaque contre le paiement des heures supplémentaires avec la diffusion de la note du 05 Novembre 2014 concernant la maîtrise des heures supplémentaires, une nouvelle note en date du 29 Juillet 2016, émanant de la Direction de l’Administration Pénitentiaire fait son apparition.
Cette note a pour objet de recadrer réglementairement toutes les questions liées aux heures supplémentaires. Elle s’appuie sur le dernier rapport de la cour des comptes sur la gestion des personnels pénitentiaires.

S’il y a donc bien un sujet tenace dans cette administration, c’est une nouvelle fois, la chasse aux heures supplémentaires !..

La mise en place d’une expérimentation sur l’utilisation de badgeuses en début et fin de poste pour les agents de roulement à partir du 1er Janvier 2017 (pour une généralisation courant 2018), l’octroi des autorisations d’absences pour raison syndicale et la limitation du nombre d’heures supplémentaires à 108h par trimestre civil (et qui soit dit en passant ne fonctionne que pour le paiement) sont autant d’exemples de directives données par notre Directrice aux Directeurs Interrégionaux afin de lutter contre la recrudescence des heures supplémentaires.

Prenons pour exemple, et je cite : “A partir du moment où un agent prend son service en retard ou quitte son service en avance, ce temps ne doit pas être comptabilisé. A contrario, lorsque des agents restent travailler au-délà des heures programmées initialement, les planificateurs ne doivent pas prendre l’iniative de régulariser cette situation sur Origine. Il appartient aux gradés qui sont à l’initiative de ces dépassements horaires, de rédiger un rapport détaillant les circonstances ayant provoqué ce dépassement, ce rapport visé par le chef de détention doit être validé par le chef d’établissement avant d’être trasmis aux planificateurs“.

Pénitentiairement parlant, il sera donc beaucoup plus facile d’ôter des heures que d’en octroyer !..
Cela nous démontre bien toute la reconnaissance que peut porter cette administration à son personnel, pourtant maillon essentiel dans le fonctionnement des établissements et services.

La conjonction des vacances d’emplois et la dégradation des conditions de travail liée à un taux de surpopulation pénale record, induit de fait un nombre d’heures supplémentaires mensuelles croissant.
Face à cette situation catastrophique, l’administration pinaille et cherche à faire baisser ce nombre d’heure supplémentaire à tout prix. Même si le prix à payer est celui du discrédit pour toute une profession.

Les agents travaillent sans relâche au bon déroulement des missions du service publique pénitentiaire dans des conditions de travail pitoyable, et tout ça au détriment de leur santé et de leur vie de famille. Tous ses efforts pour quelle reconnaissance ?!!

Pour la CGT Pénitentiaire, toutes les heures supplémentaires effectuées doivent être payées, même au delà des 108h. Elle ne participera jamais au lynchage des collègues pratiqué par notre administration afin de trouver de mauvaises solutions, enfonçant encore un peu plus les personnels dans le mépris.

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page