Accueil > Communiqués > Nationaux > Hygiène et sécurité, conditions de travail : certains (...)

Hygiène et sécurité, conditions de travail : certains établissements garderont leurs instances

mercredi 18 mai 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 29.7 ko
Hygiène et sécurité, conditions de travail : certains établissements garderont leurs instances

Profitant de la réorganisation des instances de concertation qui peut être mise en place après les élections professionnelles du 20 octobre 2011, le secrétaire général du ministère de la justice avait annoncé la suppression des CHSS (comité d’hygiène et de sécurité spécial) dans les établissements pénitentiaires de plus de 50 personnels et un renforcement des CHSD (comité d’hygiène et de sécurité départemental).

A cette annonce, la CGT pénitentiaire avait opposé un refus, notamment pour les grands établissements.

Il nous apparaissait absolument incompréhensible, alors que la souffrance des personnels tend à s’aggraver, que le ministère prenne résolument l’option de supprimer les instances qui ont à connaître localement de telles problématiques et à les traiter. En effet, la spécificité des établissements pénitentiaires, en terme d’hygiène comme de sécurité, et bientôt en terme de conditions de travail, nécessite un dialogue local sur ces questions. Ces instances permettent un partage d’information à l’échelon local et donc la mise en place d’outils de prévention dont ne pourra se saisir le président du tribunal à l’échelon départemental.

La création des CHSCT (comité d’hygiène de sécurité et des conditions de travail) devrait apporter une évolution sur la concertation dédiée aux questions de santé et des conditions de travail en collaboration avec les comités paritaires et des actions engagées à travers différents axes de travail. C’est justement une avancée qui légitime d’autant plus l’utilité des CHSCT dans les établissements pénitentiaires.

Au regard de l’ensemble de ces éléments, la CGT pénitentiaire n’a eu de cesse d’interpeller le ministère de la justice sur cette question.

Aussi, le secrétaire général nous faisait savoir qu’il revenait en partie sur sa décision en maintenant les CHSS pour les établissements de plus de 300 personnels.

Mardi 17 mai 2011, une nouvelle réunion a eu lieu avec le secrétaire général sur la question des CHS. Une nouvelle avancée est donc à noter puisque le secrétaire général nous a annoncé le maintien des CHSS dans les établissements pénitentiaires dont le nombre des personnels est égal ou supérieur à 200. 50 établissements sont concernés par ce maintien.

La CGT pénitentiaire se félicite de cette nouvelle avancée mais continuera à interpeller les responsables sur la nécessité de développer les instances de concertation et de travail notamment sur les questions de santé au travail, d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail.

Montreuil, le 18 mai 2011

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page