Accueil > Communiqués > Nationaux > Il faut renforcer les détentions et les PREJ existants (...)

Il faut renforcer les détentions et les PREJ existants !

mercredi 12 octobre 2016  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Violences en tous genres : Menaces, agressions verbales et physiques, mutineries, prises d’otages…
Voilà en quelques mots ce que vivent au quotidien les personnels au sein des établissements et services pénitentiaires.

La sur-médiatisation d’évènements survenus ces derniers mois tels à Osny, Valence, Le Mans, Poitiers, ou plus récemment à Baie Mahault ne viendra, malheureusement, que confirmer le triste constat établi par la CGT Pénitentiaire depuis maintenant des années sur l’escalade des violences en détention.

Bien plus qu’un phénomène de mode comme l’Administration Pénitentiaire voudrait nous le faire croire, et en rien une banalité liée aux risques d’exercices de nos missions de service public, cette recrudescence d’actes de violences tire son origine dans la gestion catastrophique de nos gouvernants quant à la politique pénale menée mais aussi en terme de moyens humains et financiers à allouer.

Pire encore, au nom de « nous ne savons quelle politique d’austérité », notre administration préfère se satisfaire de la frustration de son personnel afin de répondre, bêtement, à des commandes politiques désastreuses.

Et en parallèle, ce sont toujours les mêmes, bien souvent situés en bas de l’échelle hiérarchique, qui subissent la dégradation significative de leurs conditions de travail.

Alors que la surpopulation pénale atteint aujourd’hui des sommets, que les vacances d’emplois sont encore légion dans bon nombre d’établissements et que les faits de violences sur personnels s’accroissent, nos chers dirigeants s’entêtent à sous doter nos détentions, permettant ainsi la bonne continuité de l’application stricte du calendrier de transferts des missions d’extractions judiciaire.

Pourtant, au sein des Pôles Régionaux d’Extractions Judiciaires en fonctionnement, le manque de moyens humains et matériels est déjà criant. Les extractions à 2 au lieu de 3 agents, le rabaissement du niveau d’escorte du détenu afin de satisfaire à la pénurie de personnels etc… sont des procédés devenus monnaie courante. Jusqu’où ira t-on dans l’entêtement ?!

Pour la CGT Pénitentiaire, il est urgent que l’administration suspende la reprise des missions d’extractions judiciaires dans l’attente de combler toutes les vacances d’emplois sur les établissements et les PREJ déjà en activités. Ce renforcement de l’existant est une priorité absolue et permettra, à nos collègues, d’exécuter leurs missions dans de meilleures conditions. Il est également nécessaire d’attendre les conclusions du rapport des différentes inspections, rapport qui tarde à sortir !

L’intégrité physique des personnels est une priorité !

Les personnels pénitentiaires en ont assez de subir ce climat détestable d’insécurité :
Ils demandent à être respectés !!!

Montreuil, le 12 Octobre 2016

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page