Accueil > Communiqués > Nationaux > LES SANS VOIX de la fonction publique !

LES SANS VOIX de la fonction publique !

lundi 17 octobre 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Jeudi 20 octobre 2011, alors que l’ensemble ou presque des salariés de la fonction publique hospitalière et d’état votera pour élire les représentants des personnels dans les différentes instances ; les fonctionnaires et salariés du Ministère de la Justice avec les magistrats ne voteront pas. Matériel de vote imprimé tardivement, pas arrivé ou dérouté ! Services Judiciaires, Administration Pénitentiaire, PJJ, magistrats seront privés de vote ce 20 octobre. Vote reporté à une date ultérieure : Sans Voix ! Est-ce que nos votes seront pris en compte dans la représentativité au Conseil Supérieur de la Fonction Publique ?

En effet, ce ministère régalien n’a pas considéré qu’il faille anticiper et s’organiser afin que nous puissions voter comme cela lui était demandé par la Fonction Publique. Défaillance absolue, total désintérêt pour la démocratie sociale, intégrale indifférence pour les droits des agents, des magistrats ; attitude désinvolte et mensongère vis-à-vis des organisations syndicales représentantes des personnels à qui le ministère a caché volontairement les retards considérables. Irrespect des procédures de vote allant même jusqu’à autoriser des pratiques douteuses qui ont été interdites ensuite grâce à l’intervention de la CGT. En bafouant le droit de vote, donc d’expression, le Ministère de la Justice acte encore une fois le peu de respect qu’il a pour ses agents !

Bien que le ministère ait manqué à tous ces devoirs, aucune excuse n’a été présentée aux personnels et aux magistrats ! Pas de Mea culpa ! La CGT rappelle que les personnels de l’administration pénitentiaire n’ont pas le droit de grève, pas le droit d’être défendus parfois en conseil de discipline, pas le droit de fréquenter certaines personnes, pas le droit de se révolter sans être lourdement sanctionnés et pas le droit de voter comme tout le monde, non plus !

Par contre, le ministère leur accorde sans problème le droit de mourir prématurément, de se suicider bien plus que la moyenne des autres salariés, le droit d’avoir des conditions de travail innommables, le droit de se faire trop souvent agresser, le droit de se faire mépriser, maltraiter, humilier et accuser à tort par un chef d’état spécialiste de l’utilisation des faits divers pour créer un climat d’insécurité. Ils ont aussi le droit de faire des heures supplémentaires imposées, à une fréquence inhumaine, dans des usines carcérales dont on connaît les répercussions pathologiques sur la santé tant des personnels que des personnes incarcérées. Ils ont le droit d’être surchargés de travail dans les SPIP et en établissements, d’être en épuisement professionnel dans les services administratifs et ailleurs. Ils ont le droit de n’avoir aucuns droits. Juste le droit d’obéir et de se taire, d’être corvéables et dédaignés !


L’ensemble des personnels pénitentiaires, tous corps confondus, sont des personnes et des fonctionnaires responsables et respectables qui œuvrent tous les jours au péril de leur santé et parfois de leur vie afin d’assurer les missions de services publics d’un état défaillant ! La CGT Pénitentiaire appelle tous les agents à se faire entendre, se faire respecter ; à changer la donne en votant CGT !

Montreuil, le 17 octobre 2011

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page