Accueil > Communiqués > Nationaux > La CGT Pénitentiaire boycotte le CTPAP du 2 mars (...)

La CGT Pénitentiaire boycotte le CTPAP du 2 mars 2011

lundi 28 février 2011  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel
PDF - 39.7 ko
La CGT Pénitentiaire boycotte le CTPAP du 2 mars 2011

La CGT Pénitentiaire ne se rendra pas au CTPAP (Comité Technique Paritaire de l’Administration Pénitentiaire) puisque l’administration refuse d’accorder des moyens supplémentaires humains et budgétaires alors même que la France entière et l’Europe ont découvert, suite aux propos acerbes et perfides du Président de la République dans l’affaire de Pornic, la misère dans laquelle se trouve l’ensemble de la Justice française !

Nous n’écouterons donc pas les histoires d’un directeur de l’administration pénitentiaire dépassé qui, aux ordres du ministère et de l’Elysée, n’a pas même sourcillé suite aux propos insultants du président ! Car insultes il y a eu, et elles perdurent ! L’insulte réside aussi dans le fait de refuser de donner à la Justice française les moyens qui lui sont dus ! L’insulte réside encore plus aujourd’hui dans le silence présidentiel et sa négation de la situation de la Justice française !

« Je suis venu pour écouter, pas pour distribuer ! » dira à Nantes le Garde des Sceaux ! Nous ne savions pas, qu’en plus de ses mandats électoraux et ministériels, le ministre était thérapeute ! La Justice française n’a pas besoin d’un thérapeute ministériel, venu écouter pour ne surtout rien distribuer !

Le mot « moyens » reste un mot tabou pour le gouvernement, le ministère et l’administration pénitentiaire, un mot inexistant …le déni suprême !

Pourtant, les rapports officiels- qu’ils soient de la cour des comptes, qu’ils émanent de la commission des lois du Sénat, ou encore de l’inspection des services pénitentiaires- sont clairs : manque criant de moyens, augmentation du nombre de personnes incarcérées, surpopulation carcérale, augmentation constante des prises en charge de mesures de justice par le SPIP !

La politique pénale que l’exécutif mène depuis longtemps, accentuée depuis les dernières présidentielles, est à l’origine de l’asphyxie des prisons, des SPIP et des tribunaux. Nous l’avons toujours condamnée, nous la condamnons encore et toujours. La politique menée par l’Etat français en matière de services publics est à l’origine du manque de moyens. Toujours plus de condamnés, parce que toujours plus de créations de délits, et de moins en moins de moyens !

Le président ne souhaite surtout pas éteindre le feu qu’il a lui-même allumé ! C’est une attitude inconséquente et indigne d’un Président de la République française !
Aussi, dans un premier temps et en réponse immédiate à la situation calamiteuse, la CGT pénitentiaire exige le recrutement en urgence de fonctionnaires d’état pour l’administration pénitentiaire, à savoir au minimum :

-*Travailleurs sociaux (CPIP) : 1000 ETP ;

-*Personnels Administratifs (PA) : 800 ETP ;

-*Personnels de Surveillance (PS) : 2 200 ETP pour couvrir les besoins existants

-*Personnels Techniques (PT) : 147 emplois.

Depuis quelques semaines, le nombre d’arrivants dans certaines maisons d’arrêt a augmenté de plus de 160% et le nombre de dossiers affectés par CPIP connaît une augmentation de près de 30% ! Ces situations vont avoir des conséquences désastreuses et catastrophiques sur les conditions de travail déjà effroyables de l’ensemble des personnels pénitentiaires ainsi que sur les conditions de détention actuellement détériorées ! D’ores et déjà, des émeutes de détenus ont éclaté dans certains établissements, la multiplication des agressions aussi ! D’ores et déjà, de nombreux SPIP, asphyxiés par la surcharge de travail seront acculés à un rythme effréné, ne pouvant plus suivre les personnes sous main de justice.


Cette situation peut entrainer à chaque instant des moments de crise, des altercations, et des violences physiques ! C’est absolument intenable, inacceptable !

Hypocrite, le message du directeur de l’administration pénitentiaire, daté du 21 février 2011 adressé aux personnels pénitentiaires après presque un mois de silence et d’obéissance, dans lequel il écrit : « Dans ces moments difficiles, qui ont néanmoins permis à tous nos concitoyens de mesurer l’importance de votre mission et le poids de nos responsabilités, je vous assure de ma grande confiance et de mon soutien ». Hypocrite dans la mesure où quelques jours avant, il a fait envoyer une note de service aux SPIP dans laquelle il demandait à ce que tous les dossiers soient nominativement affectés à un CPIP, sans moyens supplémentaires bien entendu ! Hypocrisie de communication et mépris ! Les responsables sortent leurs parapluies ! Cela signifie t’il que les agents des SPIP devront travailler nuit et jour, sept jours sur sept pour pallier au manque de personnels ? Cela signifie-t-il que les seuls à ne pas pouvoir ouvrir leurs parapluies par mauvais temps sont les agents et les cadres intermédiaires ? Les personnels, quelque soit leur corps, sont des personnes responsables et respectables ! Le manque de respect dont font preuve le directeur de l’administration, le Ministre, le gouvernement et le Président lui-même n’est accepté par aucun agent, aucun fonctionnaire de l’administration pénitentiaire, quel qu’il soit !

Compte tenu de tous ces éléments et de l’actualité désastreuse, la CGT Pénitentiaire invite l’ensemble des organisations syndicales élues à boycotter le CTPAP afin de faire front commun face à l’adversité !

La CGT Pénitentiaire invite l’ensemble des personnels de l’administration pénitentiaire tous corps confondus à se joindre activement à la manifestation nationale du 29 mars 2011 pour réitérer à nouveau nos exigences, et exprimer notre colère commune face à tant de mépris !

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page