Accueil > Communiqués > Nationaux > La CGT Pénitentiaire reçue par le Ministre de la (...)

La CGT Pénitentiaire reçue par le Ministre de la Justice.

lundi 5 décembre 2016  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Le 01 Décembre 2016, une délégation de la CGT Pénitentiaire était reçue, place Vendôme, par le Ministre de la Justice, Jean Jacques URVOAS et par Floran VADILLO, conseiller social auprès du Ministre.

Cette rencontre était l’occasion de présenter la nouvelle équipe dirigeante de la CGT Pénitentiaire, élue lors du dernier congrès qui s’est déroulé à la Teste-de-Buch, du 07 au 10 Novembre 2016 et d’aborder, les sujets prégnants au sein de l’Administration Pénitentiaire.

La CGT Pénitentiaire a souhaité, en préambule, revenir sur l’absence de dialogue social au sein de ce Ministère et plus précisément, sur le souhait de l’administration de museler l’action syndicale en sanctionnant systématiquement via une application stricte du statut spécial tous mouvements de contestations, pourtant légitimes, des agents. Ces consignes, indignes de notre époque, nous montrent toute la considération que portent nos dirigeants à son personnel. Pire encore, notre administration n’hésite plus à poursuivre les représentants syndicaux devant le conseil de discipline.

Cela ne peut plus durer !!!

Après cette courte introduction, la délégation a également évoqué une nouvelle fois, les difficultés que rencontrent les personnels de tous corps et tous grades, pour exercer les missions de services publiques qui leurs sont confiées, dans de bonnes conditions. Les multiples évènements tragiques de ces derniers mois (prises d’otages, mutineries, agressions violentes) mettent en exergue tout l’étendue du travail à accomplir afin d’améliorer considérablement la sécurité de nos établissements et celle de nos collègues.

Le plan d’action de sécurité et d’action contre la radicalisation violente, annoncé par le Ministre le 25 Octobre 2016 reprend certaines thématiques (sécurisation des missions extérieures, sécurité périmétrique des établissements, création des Equipes de Sécurité Pénitentiaire) débattues dans le cadre du séminaire métier qui s’est déroulé fin juillet dernier. Même si la CGT Pénitentiaire s’est positionnée clairement et publiquement pour l’armement des collègues effectuant les nouvelles missions extérieures, nous avons rappelé au Ministre et à son conseiller, l’importance d’ouvrir conjointement les discussions sur le volet « ressources humaines ».

Nous ne voulons pas être confrontés aux mêmes erreurs effectuées pour les extractions judiciaires, qui se voient aujourd’hui, sous dotés en terme de personnel et de moyen matériel.

Il est donc grand temps que les discussions « métiers » reprennent rapidement car au delà de la sécurisation des missions extérieures, d’autres sujets de grande importance (issus du relevé de conclusions) reste à ce jour sans réponse :

- Classification des établissements pénitentiaires,
-  Régimes de détention,
-  Formation et recrutement,
-  Fidélisation et attractivité,
-  Cycles de travail.

Sur ces sujets, le Ministre nous indique sa volonté de rouvrir rapidement les discussions conformément à son engagement pris lors de son discours de clôture au séminaire métier.

Toujours dans la perspective des suites du relevé de conclusions, signé par les organisations syndicales représentatives, la CGT Pénitentiaire a fait valoir au Ministre sa volonté de voir les engagements contractuels pris se concrétiser. Nous lui avons rappelé notre fermeté quand à la mise en place du point de plus de la PSS (soit 26%) dès le 1er Janvier 2017 et non le 1er Avril comme indiqué dans le programme 107.

Des engagements ont été pris, ils doivent être tenus !

De plus, la CGT Pénitentiaire a rappelé qu’il était essentiel de réactiver enfin les discussions concernant les réformes statutaires des personnels techniques et celle du corps de commandement qui sont, à ce jour, toujours « au point mort ».

Ces personnels (tout comme les personnels administratifs d’ailleurs) sont aujourd’hui les « grands laissés pour compte » de cette administration. Ils œuvrent pourtant, chaque jour au bon déroulement du service public pénitentiaire.

Ils ont donc le droit à plus de reconnaissance !

Enfin, concernant l’ENAP, nous lui avons réitéré nos inquiétudes quant à la capacité de l’école à accueillir de manière convenable nos futurs collègues.

Lors de la visite du 1er Ministre sur Agen en Octobre 2016, celui-ci s’était engagé à ouvrir des discussions autour de l’agrandissement de l’ENAP (à Agen ou ailleurs). Des arbitrages doivent maintenant être pris. Après le doublement des chambres, après les amphithéâtres surchargés, voilà qu’à compter du 1er Janvier 2017, les élèves participeront à la prise en charge de leurs repas.

Cela devient ridicule !

Pour la CGT Pénitentiaire, les questions d’attractivité des métiers doivent passer par un enseignement et des conditions d’accueil de qualité pour nos futurs collègues.

La CGT Pénitentiaire restera attentive à la bonne mise en œuvre des demandes qu’elle a pu formuler et continuera à être combative afin de porter au mieux les revendications des personnels du terrain.

Montreuil, le 5 Décembre 2016

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page