Accueil > Communiqués > Nationaux > La CGT croit au changement en 2013 : Par l’action (...)

La CGT croit au changement en 2013 : Par l’action !

mardi 8 janvier 2013  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

La trêve des confiseurs est passée et chacun a rechargé nous l’espérons ses batteries en profitant de sa famille pendant les fêtes de fin d’année. Qu’il soit à nouveau permis à la CGT Pénitentiaire de présenter à tous les collègues une bonne et heureuse année 2013 pour eux-mêmes mais aussi pour leurs familles et leurs proches.

La nouvelle année, c’est tradition oblige, l’occasion pour chaque direction locale, régionale, nationale mais aussi au ministère, de présenter ses vœux aux personnels. Comme chaque année n’en doutons pas, il sera écrit toute la confiance qui est portée en nous, qui sommes des rouages essentiels de la bonne marche de l’institution, le travail difficile et fantastique qui est mené dans des conditions compliquées, qu’il faut se serrer la ceinture mais que ça ira mieux demain et blablabla, puis…c’est reparti pour un tour de piste des plus nauséeux, de plus en plus nauséeux.

Le dernier semestre 2012 a été marqué par une modification de gouvernance politique, qui augurait des changements à venir profond, les personnels devant retrouver de la dignité au travail, voir leurs missions évoluer sous l’impulsion d’une politique pénale et pénitentiaire nouvelle, empreinte de rapports hiérarchiques revus, une démocratie locale revisitée, un dialogue social renouvelé, des statuts remis sur le métier, une refonte des organigrammes existants et la création de ceux-ci dans d’autres catégories que les PS, une formation initiale et continue à la hauteur, etc. La CGT Pénitentiaire, à qui aucun dirigeant du ministère ne pourra faire le procès contraire, s’est inscrite dans cette façon de travailler, considérant les premiers pas de la ministre comme positifs et choisissant la voie de la discussion et de la concertation.

Sauf que…7 mois après, rien n’a changé et pire, tout nous montre que la ministre n’a pas entendu les professionnels, ce qui les entraîne un peu plus dans une souffrance au travail grandissante. La surpopulation pénale et carcérale est de plus en plus haute malgré une circulaire de politique pénale qui prône le contraire, les charges de travail sont harassantes, la démobilisation guette, le dialogue social est toujours le même, la DAP poursuit ses réformes comme si aucun changement n’était intervenu, la suppression des fouilles se poursuit sans réaction ni systèmes de compensation mis en œuvre, les DAVC et autres segmentations ne sont toujours pas enterrés officiellement, etc. Et là aussi, pire encore, les promesses de campagne ont été reniées tel l’arrêt de la RGPP qui se poursuit sous un autre vocable.

Une réunion se tiendra entre la CGT Pénitentiaire et Madame TAUBIRA jeudi 10/01/13. Ce sera l’occasion pour la CGT Pénitentiaire de réaffirmer un certain nombre de choses citées ci-dessus. Mais comme tout à une fin, nous ferons mesurer à la ministre le niveau d’exaspération produit à force d’être berné et de ne rien voir venir. Si les réponses sont les mêmes, la CGT saura prendre ses responsabilités en proposant aux personnels d’aller chercher le changement par l’action !

Montreuil, le 7 janvier 2013

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page