Accueil > Communiqués > Nationaux > Les Laonnois font entendre leur voix !

Les Laonnois font entendre leur voix !

lundi 14 avril 2014  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Depuis ce matin 6h00, une cinquantaine de personnels pénitentiaires du CP Laon (02 –DI de Lille) sont en mouvement de protestation. Ils ont dressé des barricades et filtrent les entrées.

Par cette action, les collègues entendent réagir vivement à la nouvelle prise d’otage survenue hier en fin de matinée : Un premier surveillant du centre pénitentiaire a été retenu en cellule par un détenu, sous la menace d’une arme artisanale. Il aura fallu l’intervention courageuse et
efficace des personnels du site pour que le dénouement soit heureux pour notre collègue. C’est la deuxième fois en quinze jours qu’une prise d’otage survient à Laon où un personnel médical en avait fait déjà les frais.

Les personnels du CP Laon, en responsabilité, ne demandent pas le transfert automatique du détenu. Après quatre évènements graves en quinze jours (Laon deux fois – Montmédy et Réau), ils ne veulent pas que ce détenu obtienne ce qu’il demande afin de ne pas propager à d’autres établissements ce type d’évènement dramatique.

La CGT est à l’appui total de notre collègue retenu en otage, elle l’entoure de toute sa solidarité et lui souhaite un prompt rétablissement. Elle soutient totalement l’action des collègues et loue leur esprit responsable.

Pour autant, comme la CGT l’écrivait récemment, ça commence à faire beaucoup ! Une forme de banalisation, sans réaction politique aucune, des prises d’otages s’installe chez nos gouvernants, banalisation que la CGT refuse de cautionner !

Pour la CGT, cela pose forcément la question du ratio d’encadrement des détenus et donc des effectifs des personnels, de surveillance notamment. La poliqiue pénale doit être prise réellement à bras le corps dans notre pays, la politique pénitentiaire qui en découlera doit être innovante et sécurisante à tout niveau pour nos collègues et le service public.

Plus particulièrement à Laon, mais toutes les prisons sont touchées, la question des détenus perturbés qui ne relèvent pas forcément d’un enferment en prison doit être posée.

Cela fait partie, entre autre, des questions fortes que la CGT posera à la ministre de la justice prochainement.

La CGT appelle partout les collègues à être vigilants et à ne rien laisser
passer. Nous ne devons pas faire les frais de l’incapacité de nos gouvernants à régler les questions pénitentiaires !

La lutte unitaire est la solution pour peser dans ces débats afin de ne pas les attendre mais de les prévenir efficacement !

Montreuil, le 14 avril 2014

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page