Accueil > Communiqués > Nationaux > Les Organisations Syndicales représentatives au CT-AP (...)

Les Organisations Syndicales représentatives au CT-AP interpellent le Garde des Sceaux sur les dysfonctionnements de la DAP !...

mardi 7 février 2017  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Lundi 6 février 2017, à 16h30, les trois Organisations Syndicales (UFAP UNSa Justice / SNP FO / CGT Pénitentiaire) étaient conviées par le Garde des Sceaux, Jean-Jacques URVOAS, à une réunion de travail sur les Extractions Judiciaires (EJ) et plus largement sur les Equipes de Sécurité Pénitentiaire (ESP).

Pour le Ministre cette rencontre avait pour but de nous faire la présentation des décisions qu’il entend prendre concernant la gestion future des extractions judiciaires à l’aune du rapport des trois inspections sur les extractions judiciaires et des orientations qu’il a présenté le 25 octobre dernier.

Pour les trois Organisations Syndicales représentatives au lendemain d’un CT-AP qui aura mis en exergue le peu d’intérêt et de sérieux portés par les dirigeants de la DAP sur l’ensemble des sujets concernant des orientations importantes pour cette institution, la gestion des Personnels pénitentiaires et le dialogue social en passant par les droits syndicaux, l’occasion nous était donnée d’avoir un échange direct avec le 1er responsable de ce ministère et d’exiger auprès de celui-ci du changement !...

Par conséquent, dès l’ouverture de cette réunion, chacun des trois Secrétaires Généraux s’est exprimé sur :

- l’incurie de gestion des CAP des Personnels de Surveillance,
- la situation globale et particulièrement catastrophique au sein de l’institution pénitentiaire,
- le manque d’implication et de travail de trop nombreux cadres de cette administration qui passent leur temps à se plaindre du manque d’effectif de leur service de centrale, alors qu’au quotidien ils marchent sans vergogne sur les carences en Personnels dans l’ensemble des structures,
- l’absence quasi-totale de dialogue social et de respect des acteurs syndicaux et de leurs droits d’élus représentants des Personnels pénitentiaires, avec pour exemple, la non-attribution des moyens syndicaux (articles 13 et 16).
- l’absence de soutien institutionnel à l’égard des Agents, notamment lors d’agressions ou prises d’otage. Absence totale de reconnaissance à l’égard des Personnels victimes, malgré les saisines des OS. Et que dire du mépris affiché par certains directeurs soutenus par le DAP.
- l’absence de réponse aux demandes du terrain et des OS au lendemain d’évènements graves comme ceux à répétition à Valence. A contrario, les sanctions tombent sans appel, au moindre mouvement social des Personnels, pourtant ô combien légitime ….

Interpellé par nos propos, le Garde des Sceaux a réaffirmé devant le DAP son respect et son attachement au dialogue social, sans lequel cela ne peut pas fonctionner.

Il a aussi rappelé qu’il était bien le maître à bord et un ministre responsable de ses administrations. Il a précisé qu’il n’envisageait pas être contesté par celles-ci et qu’il entendait avancer efficacement sur les 100 jours qu’il lui reste, dans le respect du dialogue social !...

Par conséquent, estimant que la situation ne peut pas durer, Jean-Jacques URVOAS nous a répondu très directement que sans attendre nous aurons des réponses de sa part ou de son cabinet, concernant l’ensemble des points évoqués.

Après s’être exprimées en front commun, les trois Organisations Syndicales attendent donc des actes et la suite qui sera donnée à cet échange.

Une chose est sûre, nous n’en resterons pas là si rien ne change au sein de la maison DAP, en commençant par faire des Personnels une priorité indiscutable !

Paris, le 7 février 2017

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page