Accueil > Communiqués > Nationaux > Les jours se suivent et se ressemblent à la DAP…

Les jours se suivent et se ressemblent à la DAP…

mercredi 22 février 2017  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Ce jour se tenait à la Direction de l’Administration Pénitentiaire une réunion concernant la thématique “classification des établissements pénitentiaires”, faisant suite à la signature du relevé de conclusion par les trois organisations représentatives le 14 Décembre 2015.

Bien qu’ayant des différences d’approches sur cette thématique, nos deux Organisations Syndicales partagent une analyse et un point de vue commun concernant la défaillance de l’administration dans sa pratique du dialogue social. Ce faisant, les autorités de la DAP persistent et signent dans leurs volontés de présenter un projet décousu et incohérent, uniquement accès sur l’énumération de critères simplement techniques tels que : Présence ou non de miradors, de glacis, de proximité des ERIS, etc.., destinée à attribuer un nombre de points à chaque établissement pour peine, fondement d’une classification en 4 niveaux.

Sans évolution majeure, ni prise en compte de la contribution et observations des différentes organisations syndicales lors du séminaire métier de juillet dernier, l’administration se borne à représenter une base de travail identique et inchangée.

On prend les mêmes documents et on recommence !…

Sans prise de conscience, ni considération à l’adresse des syndicats et donc des personnels, la DAP, autiste, s’enlise dans la gestion catastrophique d’une administration, méprisant toutes remarques et demandes légitimes émanant des organisations syndicales représentatives.

Cela démontre bien le peu d’intérêt que peuvent porter nos dirigeants sur des sujets ô combien sensibles, impactant de fait, le devenir de nos missions de service public dans les années à venir.

Les 3 organisations composantes de l’unité syndicale avaient déjà fait état des dysfonctionnements incessants de la DAP lors de la rencontre avec le Garde des Sceaux le 6 Février 2017, notamment sur les points suivants :

-  L’incurie de gestion des CAP des Personnels de surveillance

-  La situation globale et particulièrement catastrophique au sein de l’institution Pénitentiaire.

-  Le manque d’implication et de travail de trop nombreux cadres de cette administration qui passent leur temps à se plaindre du manque d’effectif de leur service, alors qu’au quotidien, ils marchent sans vergogne sur les carences en Personnels dans l’ensembles des structures.

-  L’absence au quotidien de dialogue social et de respect des acteurs syndicaux et de leurs droits d’élus représentants des Personnels pénitentiaires, avec pour exemple, la non attribution des moyens syndicaux (articles 13 et 16).

-  L’absence de soutien institutionnel à l’égard des Agents, notamment lors d’agressions ou prises d’otages.

-  L’absence totale de reconnaissance à l’égard des Personnels victimes, malgré les saisines des OS et le mépris affiché par certains directeurs soutenus par le DAP.

-  L’absence de réponses aux demandes du terrain et des OS au lendemain d’événements graves…

Malgré un discours du Ministre de la justice se voulant rassurant, rappelant au passage, son attachement au dialogue social, l’UFAP UNSa JUSTICE et LA CGT PENITENTIARE ne peuvent que constater que n’a rien évolué !...

Pire, la situation s’accentue et se dégrade !...

Confrontés à ce constat sans équivoque, L’UFAP UNSA JUSTICE et LA CGT PENITENTIAIRE ont décidé de boycotter cette réunion.

L’UFAP UNSa JUSTICE et LA CGT PENITENTIARE appelle le Ministre de la Justice à remettre de l’ordre dans un navire pénitentiaire qui prend l’eau et l’invite, de surcroît, à tenir ses engagements pris lors de notre rencontre du 6 Février 2017.

La balle est désormais dans le camp de la Chancellerie !...

Paris, le 21 Février 2017

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page